Ils y croyaient… Et ils avaient bien raison !

Nouveau monde ! l’expression est à la mode et comme telle employée trop souvent en dehors de tout contexte, de toute perspective historique…1492, 1789…2017 !!!

Acceptons-là néanmoins, ne serait-ce parce que la géopolitique nous contraint à admettre que le centre de gravité du monde est désormais multizone, le numérique nous oblige à une nouvelle quotidienneté…

Ce que j’observe et ce qui m’attriste en tout état de cause, c’est que les figures qui nous étaient quotidiennes pour nous autres passionnés de Protection sociale, nourris de dialogue social s’en vont irrémédiablement les unes après les autres…

Henri Krasucki, Jean-Luc Cazettes, André Bergeron, Marc Blondel, Georges Séguy et maintenant Edmond Maire…Un ancien monde, Non, certainement pas. Car le nouveau monde ne peut faire fi de cette époque ou volonté et espérance, réalité et rêve étaient la réponse à l’horreur d’une société pas si éloignée qui aurait voulu se construire en éradiquant la question fondatrice : pourquoi ?

Ils ont tous, à leurs manières – et pour qui les ont connus, elles étaient tellement différentes ! – mais avec la même détermination, construits, façonnés, sculptés voire ciselés ce qui, à mes yeux, est l’exception française : un système protéiforme de Protection sociale dont le seul objectif est que chaque citoyen ne courbe plus l’échine devant les aléas de la vie, quel qu’en fut la nature.

Aujourd’hui avec Edmond Maire, artisan de la laïcité du syndicalisme par la déconfessionnalisation de la CFDT, praticien du réformisme « soft » que d’aucuns appelleront le syndicalisme d’accompagnement, lui-même constitutif de cette deuxième gauche prisée par nombre d’intellectuels des années 80, le cortège des disparus s’est encore agrandi.

En restant fidèle à leur combat, en témoignant autant qu’en combattant pour cette éternelle quête d’égalité, nous leur dirons notre profonde reconnaissance autant que nous honorerons leur mémoire. Qui au demeurant pourrait prétendre que le nouveau monde se construira ex nihilo … Que l’on compte sur le CRAPS pour ne rien oublier en prenant toute sa part aux combats futurs !

Jean-Claude Mallet
Président-Fondateur du CRAPS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *