Un médicament contre Alzheimer utile contre les caries ?

Des chercheurs britanniques ont trouvé comment traiter les cavités des dents cariées de manière rapide : en stimulant leur processus naturel de régénération avec une molécule à l’essai contre la maladie d’Alzheimer. Ces derniers y voient une alternative au plombage.

Le Tideglusib est une molécule qui fait actuellement l’objet d’essais cliniques en ce qui concerne le traitement de l’une des maladies neurodégénératives les plus fréquentes, la maladie d’Alzheimer, mais elle peut aussi s’avérer très utile pour les dents. Des chercheurs du King’s College de Londres ont trouvé comment l’utiliser pour stimuler le renouvellement des cellules souches régénératrices de la pulpe dentaire, un processus qui s’avère très utile lorsque celle-ci est infectée à la suite d’un traumatisme.

Afin de protéger la dent de l’infection une fine couche de dentine est produite naturellement pour entourer la pulpe dentaire mais elle est insuffisante pour réparer efficacement les grandes cavités. Pour traiter ces cavités, les dentistes remplissent les trous en utilisant des ciments ou des obturations artificiels, comme les produits à base silicium.

Mais ce ciment reste dans la dent et ne se désintègre pas naturellement, ce qui signifie que le niveau minéral de la dent n’est jamais complètement restauré. La nouvelle approche biologique que les chercheurs évoquent dans leur étude mise ainsi sur la capacité naturelle des dents à se réparer. Cela permettrait de générer de la nouvelle dentine dans de grandes cavités, ce qui pourrait potentiellement réduire le besoin de plombage.

Une méthode plus simple et rapide

Une solution plus naturelle pour le patient, et un risque de complications moins élevé pour les dentistes. En effet, l’utilisation de ciment ou d’obturations dentaires a ses limites puisqu’elle peut provoquer des infections et implique des changements fréquents. De plus, lorsque ces techniques ne marchent pas ou qu’une infection se produit de nouveau, les dentistes doivent traiter une zone infectée plus grande qu’auparavant, voire éventuellement extraire la dent.

Outre le Tideglusib, les chercheurs ont utilisé une autre molécule, le glycogène synthase, et des éponges de collagène biodégradables. Ces dernières sont utilisées pour administrer le traitement, qui combine ces deux molécules, sur une dent qui présente une carie. Sur des souris dont les dents ont été percées de petits trous, les chercheurs ont constaté que l’éponge s’est dégradée au fil du temps et que la nouvelle dentine l’a remplacé.

La réparation est complète

Ainsi, les cellules souches des dents ont bien généré de la dentine à une grande vitesse et la réparation fut complète et naturelle. Ces éponges sont par ailleurs commercialement disponibles et approuvées cliniquement, ce qui permettrait une utilisation rapide de cette méthode dans les cliniques dentaires.

« La simplicité de notre approche la rend idéale si l’on veut l’utiliser avec un produit dentaire dont le but serait de traiter les cavités, en produisant à la fois une protection de la pulpe et une régénération de la dentine, explique le principal auteur de l’étude, le Professeur Paul Sharpe. En outre, utiliser un médicament qui a déjà passé des tests cliniques pour la maladie d’Alzheimer présente une véritable opportunité pour l’utiliser rapidement ».

Mais cette méthode n’est pas pour autant miraculeuse puisqu’il faudrait quand même se soumettre à la fraise du dentiste pour enlever les parties cariées de la dent.

Source : santemagazine.fr