Tiers payant étendu : mise en place d’une « plateforme d’accompagnement » pour les médecins

Dès ce vendredi 1er juillet le tiers-payant pourra être proposé aux femmes enceintes et aux malades chroniques. Ce mercredi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé la mise en place d’une plateforme d’accompagnement pour les médecins.

C’est une nouvelle étape qui sera franchie vendredi concernant le tiers-payant : les médecins pourront proposer cette dispense d’avance de frais aux femmes enceintes et aux malades chroniques, qui représentent en France un quart de la population. Ce sont 15 millions de français supplémentaires couverts à 100% par l’Assurance maladie qui sont concernés par cette mesure, et pour accompagner les médecins dans ce changement le gouvernement a annoncé mercredi une plateforme dédiée.

Volonté d’apaisement

La ministre de la Santé Marisol Touraine promet aux médecins un « paiement simple, rapide, et efficace », dans une volonté de rassurer les professionnels inquiets. En effet, dès l’annonce de la réforme de la loi Santé, la généralisation du tiers payant avait soulevé de vives inquiétudes de la part des syndicats de médecins libéraux, qui avaient lancé plusieurs appels à la grève à ce sujet. Les réfractaires redoutent de ne pas être payés assez rapidement, et de se voir infliger de nouvelles contraintes administratives.

Dès lundi prochain promet Marisol Touraine, les équipes médicales pourront joindre par mail ou par téléphone une équipe de conseillers qui répondra à toutes leurs interrogations.

Un choix avant une prochaine obligation

Cette réforme phare de la loi Santé cible pour le moment les patients qui doivent régulièrement faire face à des dépenses élevées dans le domaine médical. Sans tiers payant, une femme enceinte doit généralement débourser 640 euros d’avance au cours de sa grossesse, un malade chronique de type diabétique en ALD près de 1100 euros par an. Dès le 31 Décembre 2016, les médecins seront dans l’obligation d’accorder ce droit aux patients, il ne s’agira plus d’un simple choix.

Par ailleurs, ce dispositif de la nouvelle loi Santé s’étendra à toute la population dès le 30 novembre 2016. Jusqu’alors, il ne s’appliquait qu’aux bénéficiaires de la CMU-C (couverture maladie universelle) et de l’ACS (l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé).

Source : francebleu.fr