Tarifs de la télémédecine : ce que les professionnels vont négocier

La négociation conventionnelle débute le 18 janvier. Les syndicats de médecins attendent une valorisation conséquente de ces actes distants.

En 2018, la télémédecine doit sortir du domaine expérimental et entrer dans le droit commun. Ainsi l’a voulu le Parlement fin 2017. Mais pour que les cabinets libéraux se convertissent à cette pratique, il faut au préalable mener une négociation tarifaire avec les médecins. La première réunion entre les syndicats professionnels et l’assurance-maladie se tiendra le 18 janvier, avec des rendez-vous tous les quinze jours, sans échéance pour le moment.

Pour le président de la confédération CSMF, Jean-Paul Ortiz, deux mois devraient suffire. Pour celui de MG France (généralistes), Jacques Battistoni, les discussions pourraient durer jusqu’à l’été, car « si on veut faire vite, il y aura des frustrations ».

Une double nomenclature

En raison de blocages administratifs, la télémédecine reste embryonnaire. Il y a un an, la Haute autorité de santé qui a essayé d’évaluer l’expérimentation … n’en a pas trouvé la trace ! Cette innovation est pourtant censée faciliter l’accès aux soins pour les patients éloignés de tout. Les médecins en attendent aussi des rémunérations complémentaires. Car la convention signée en 2016 a laissé tout le monde sur sa faim : le relèvement du prix de la consultation à 25 euros a écrasé les autres revendications, sans combler les attentes financières, et sans rénover l’exercice médical.

« Avec la télémédecine, on aura enfin un outil valorisé pour faire évoluer nos modes d’organisation et d’exercice », se félicite d’avance Jean-Paul Ortiz. Pour MG France, la généralisation de la téléconsultation et de la télé-expertise inscrite dans la loi nécessite de créer une nouvelle classification commune des actes de télémédecine. Ce serait une double nomenclature, avec une rémunération pour le professionnel de santé requérant un avis, et {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lesechos.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *