Tabac : 10 ans de mesures contre le tabagisme, pour quels résultats ?

Il y a dix ans jour pour jour, une loi interdisait de fumer dans les lieux publics comme les cafés, restaurants ou discothèques. Cette date anniversaire est l’occasion de revenir sur les différentes mesures anti-tabac de ces dix dernières années.

Malgré les résultats mitigés de la politique anti-tabac de Marisol Touraine, la lutte contre le tabagisme n’a pas fini de faire rage. Et cela fait désormais 10 ans que les gouvernements successifs tentent de faire diminuer le nombre de fumeurs au sein de l’Hexagone. Ce mercredi marque ainsi l’anniversaire de la mise en place de l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Pour rappel, les Français et étrangers n’ont plus eu l’autorisation de fumer dans les cafés, restaurants, discothèques et même dans les entreprises à compter du1er février 2007. Depuis cette date, fumer dans un bar peut ainsi coûter 750 euros d’amende à son propriétaire et 68 euros au fumeur. Quant aux lycées et collèges, cette interdiction, imposée par un décret du 15 novembre 2006, s’était étendu aux cours de récréation.

Plus de deux ans plus tard, le 21 juillet 2009, une loi, entrée en vigueur le 27 mai 2010, a interdit sous peine d’amende de vendre tout produit du tabac aux mineurs, y compris les « ingrédients » comme « le papier, le filtre, les encres et les colles ». Et les mesures ne se sont pas arrêtées en si bon chemin. L’offensive contre le tabac s’est poursuivie avec un arrêté du ministre de la Santé, du 20 avril 2010, qui a imposé sur les paquets de cigarettes des images chocs et dissuasives. Au total, 14 clichés (poumons noircis, dent abîmées, etc.) ont été choisis sur une liste proposée par l’Union européenne. Les fabricants avaient alors un délai d’un an pour écouler les stocks existants et se mettre en conformité avec la nouvelle législation.

Puis, le 25 septembre 2014, après plusieurs années de flottement, le gouvernement est remonté au créneau, sous l’impulsion de Marisol Touraine, en adoptant le paquet neutre, l’interdiction de la cigarette dans les espaces publics extérieurs avec des jeux pour enfants et dans les voitures transportant des enfants de moins de 12 ans. De plus, en 2016, la ministre de la Santé a annoncé la hausse du forfait annuel de remboursement des substituts nicotiniques, passant de 50 euros à 150 euros. Suite à la l’entrée en vigueur du paquet neutre, le gouvernement va prochainement interdire à la vente certaines marques de cigarettes, comme Malboro Gold, Vogue ou les cigarillos Café crème.

Ces nombreuses mesures n’ont toutefois pas eu l’effet escompté car la proportion de fumeurs n’a pas régressé. Selon les statistiques, le nombre de fumeurs dans l’Hexagone est toujours estimé à environ 32% de la population âgée de 15 à 85 ans, un chiffre supérieur à la moyenne de l’Union européenne. En parallèle, ils sont toujours environ 70.000 à mourir chaque année de maladies directement liées au tabagisme. En revanche, le tabagisme passif semble avoir reculé.

Selon certains spécialistes, seul le prix du paquet serait un levier efficace pour arrêter de fumer. Marisol Touraine s’était d’ailleurs montrée favorable à un paquet de cigarettes à 10 euros.

Source : francesoir.fr