Tabac : quand les prix augmentent, la consommation baisse

Parmi les annonces de sa déclaration de politique générale, mardi 4 juillet, le Premier ministre Édouard Philippe a promis une hausse du prix du paquet de tabac. Augmenter le prix des cigarettes, la seule mesure efficace pour faire baisser le nombre de fumeurs ?

Le paquet de cigarettes à 10 euros au lieu de 7 actuellement, c’est la promesse du gouvernement. Le Premier ministre Edouard Philippe l’a annoncé mardi 4 juillet, lors de sa déclaration de politique générale. Il affiche clairement sa volonté de lutter contre le tabagisme, sans indiquer de date d’application de cette mesure.

« Le tabac en France entraîne plus de 80 000 décès par an. C’est la première cause de mortalité évitable, et la consommation quotidienne de tabac augmente chez les adolescents », a-t-il déclaré. Le pays compte près de 16 millions de fumeurs, et un jeune (15-19 ans) sur trois est déjà dépendant à la cigarette.

Frapper au portefeuille

Sur Twitter, plusieurs médecins et associations anti-tabac ont applaudi l’annonce d’Édouard Philippe.

« C’est une excellente initiative, affirme Emmanuelle Béguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme (CNCT). La hausse des prix, c’est la solution la plus efficace. » Une mesure qui vise à réduire la consommation des fumeurs et à dissuader ceux qui voudraient commencer. « Aujourd’hui, plus des deux tiers des fumeurs souhaiteraient ne jamais avoir commencé à fumer », explique Emmanuelle Béguinot.

En atteignant la barre symbolique des 10 euros, soit une hausse de près de 40 % du prix par rapport au prix actuel, le gouvernement souhaite réduire le nombre de fumeurs en France. Une mesure qui a déjà fait ses preuves lors du plan cancer, lancé par Jacques Chirac en 2003. À l’époque, la hausse des prix avait entraîné une chute de 33 % des ventes de cigarettes manufacturées et près de 2 millions de fumeurs en moins.

La Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considèrent qu’il s’agit de la méthode la plus efficace.

Une mesure parmi d’autres

« C’est la mesure qui fonctionne le mieux, mais pour qu’elle soit vraiment efficace, il faut l’accompagner d’autres actions, prévient la directrice du CNCT. Il est indispensable de prévoir des mesures pour accompagner et aider les fumeurs à arrêter, de renforcer la prévention, d’accentuer la lutte contre le commerce illicite et limiter les achats transfrontaliers ».

Dans les pays voisins, les paquets de cigarettes sont parfois beaucoup moins chers : en Espagne, en Italie et en Belgique, un paquet coûte entre 5 et 6 euros. Un peu plus loin en Europe, on peut même acheter un paquet pour moins d’un euro, en Ukraine.

Avec cette mesure, la France deviendra le 5e pays européen avec les tarifs les plus prohibitifs. La Norvège occupe la première place du classement avec un paquet à 11,23 euros en moyenne.

Réduire les inégalités sociales de santé

« Le tabagisme est un fort marqueur social, rappelle Emmanuelle Béguinot, et les fumeurs sont de plus en plus nombreux dans les classes les moins favorisées. Augmenter le prix du paquet de cigarettes permettrait donc de faire baisser le nombre de fumeurs, et donc de réduire les inégalités sociales en matière de santé. » Une étude de l’organisme Santé publique France a cependant montré que les fumeurs socialement moins favorisés arrivent moins souvent à arrêter que les autres.

Source : ouest-france.fr