Souffrance au travail : un numéro d’écoute national pour les médecins et les internes

À compter du 1er janvier 2018, une équipe de psychologues sera à l’écoute des médecins et internes en souffrance, sur tout le territoire français.

C’est une première en France. À compter du 1er janvier 2018, une plateforme nationale exclusivement dédiée aux professionnels de santé sera lancée. Le but? Proposer aux internes et soignants en souffrance au travail une assistance 24h/24 et 7 jours sur 7. À l’initiative du Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) et de l’Association d’aide professionnelle aux médecins et soignants (AAPMS), ce numéro d’appel gratuit aura donc pour vocation de «renforcer l’écoute et l’assistance des médecins en difficulté», ont indiqué vendredi 22 décembre ces deux structures dans un communiqué. Trente-sept psychologues formés pour cette mission et liés par le secret professionnel répondront aux appels téléphoniques.

Ils se chargeront également de classer la situation du patient selon le degré de dangerosité sur une échelle d’un à cinq, chaque échelon donnant lieu à une prise en charge ciblée. «Dans le cas où la situation serait particulièrement grave, le soignant est immédiatement pris en charge et le psychologue passe la main au Samu», explique le docteur Régis Mouries, président de l’association d’Aide professionnelle aux médecins libéraux (AAPML). Et afin d’assurer un maillage total du territoire et de couvrir toutes les situations, les associations nationales travailleront de concert avec les structures locales.

«Plusieurs suicides ont été évités»

Précision importante toutefois, cette aide aux soignants était déjà assurée depuis 2005, officieusement et localement, par l’association, précise son président. Et ce pour tous les professionnels de la santé, à savoir les infirmiers, internes, médecins et kinésithérapeutes. Une initiative jugée «très utile» par le docteur Régis Mouries puisque depuis la mise en place du dispositif il y a une dizaine d’années, «plus de 2500 appels ont été reçus et plusieurs suicides ont été évités», s’est-il félicité. Et d’ajouter: «avec ce nouveau numéro, exclusivement dédié aux médecins, {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lefigaro.fr