SMIC : 0,93% de hausse, sans coup de pouce

Le SMIC augmentera de 0,93 % au 1er janvier. Son taux horaire va passer à 9,76 euros brut.

Cette année encore, il n’y aura pas de coup de pouce au SMIC . La ministre du Travail, Myriam El Khomri, l’a annoncé ce lundi matin aux partenaires sociaux réunis dans le cadre de la Commission nationale de la négociation collective, obligatoirement consultée pour avis avant toute annonce officielle.

Comme nous l’annoncions , le SMIC horaire brut français va donc passer de 9,67 à 9,76 euros brut par heure, en hausse de 0,93%. Un salarié à temps plein payé au salaire minimum verra donc son salaire net mensuel augmenter de 11 euros, à 1.466,62 euros (1.480,55 euros brut). C’est la conséquence de la formule légale de revalorisation basée sur deux paramètres : l’inflation des ménages du premier quintile (les 20% les plus pauvres) augmentée de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés.

En s’en tenant à ce minimum, le gouvernement suit les recommandations du Groupe d’experts qui, comme les années précédentes, a plaidé en ce sens. « Au vu d’une conjoncture de l’emploi qui reste précaire, d’un taux de chômage toujours très élevé […] , aller au-delà de la formule légale d’indexation introduirait cependant un risque de déstabilisation à partir d’une situation encore fragile », ont-ils conclu dans leur dernier rapport.

Un seul coup de pouce en 5 ans

Durant son quinquennat, François Hollande n’aura donc donné qu’un seul coup de pouce au SMIC. C’était en juin 2012, à peine plus d’un mois après avoir été élu . A l’époque, l’évolution de l’inflation avait imposé en application de la loi une revalorisation en cours d’année de 1,6%, à valoir sur la hausse du 1erjanvier 2013. Il avait été décidé d’y ajouter 0,6 point .

Au total, 1,6 million de salariés ont bénéficié de la dernière revalorisation légale du SMIC , le 1er janvier 2016, soit 10,5% du salariat du privé, a dénombré la Direction de la recherche du ministère du Travail (Dares) dans sa dernière étude sur le sujet, publiée fin novembre.

Source : lesechos.fr