Sida : « Les jeunes ne voient pas la maladie, donc elle ne leur fait pas peur »

Didier Arthaud, président de l’association Basiliade qui accompagne des personnes atteintes du Sida, estime qu’il y a « une méconnaissance et une inconscience » des jeunes vis-à-vis de la maladie. Des faits confirmés dans un sondage réalisé à l’occasion du Sidaction.

« Les jeunes ne voient pas la maladie, donc elle ne leur fait pas peur », a regretté sur France Info Didier Arthaud, président de l’association Basiliade qui accompagne des personnes atteintes du sida, alors que paraît un sondage Ifop dévoilant un manque d’informations criant des jeunes sur le VIH. D’après cette enquête publiée à l’occasion du Sidaction qui débute ce vendredi, seulement 16% des 15-24 ans se disent « bien informés ». Par exemple, 20 % des jeunes pensent que l’on peut transmettre le virus du SIDA en embrassant une personne, 15 % en s’asseyant sur un siège de toilettes publiques

« Il y a la fois une méconnaissance et une inconscience vis-à-vis de la maladie », ajoute-t-il. « Quand les jeunes ont leurs premières relations amoureuses, je ne pense pas qu’ils soient en situation de se protéger. » Un jeune sur dix reconnaît ainsi s’exposer fréquemment à un risque de contamination.

« A partir du moment où on ne voit plus des personnes mourir, et notamment des stars comme on voyait dans les années 1980, et à partir du moment où les personnes malades ont aujourd’hui des traitements, (…) c’est comme si la maladie n’existait pas », a expliqué le responsable de Basiliade, se disant « inquiet » face à « la montée de l’ignorance et de l’indifférence » vis-à-vis du Sida.

Une ignorance étonnante

Dans le sondage Ifop, un autre résultat surprend.  17 % des 15-25 ans déclarent que la prise d’une pilule contraceptive d’urgence est un des moyens d’empêcher la transmission du VIH. Tout cela parce que de moins en moins d’action d’information, de prévention sont organisées en milieu scolaire. Outre cette ignorance étonnante, les jeunes ont le sentiment que le SIDA n’est pas une maladie grave d’ailleurs près d’un tiers des 15-17 ans déclarent ne pas avoir peur du SIDA.. La conséquence est terrible : 1 jeune sur 10 reconnait s’exposer fréquemment à un risque de contamination mais seulement 45 % des jeunes qui ont un rapport sexuel non protégé effectuent un test de dépistage du SIDA, c’est 10 % de moins qu’il y a un an.

Source : franceinfo.fr