Santé : vers une remise en cause du tiers payant généralisé ?

Dans une interview au « Parisien », Édouard Philippe a annoncé que le gouvernement allait « évaluer » la réforme du tiers payant généralisé développée sous François Hollande.

Vers un retour en arrière ? Édouard Philippe a dévoilé les grandes lignes de l’action gouvernementale parmi lesquelles, le report du prélèvement de l’impôt à la source mais aussi l’évaluation du tiers payant généralisé. « Au moment du vote de cette réforme, j’étais dubitatif, fait valoir le Premier ministre dans une interview au Parisien. Elle va dans le sens d’une forme de dématérialisation de ce que représente le coût de la santé ».

Cependant, l’ancien député-maire du Havre n’enterre pas définitivement cette mesure, mise en place sous le quinquennat de François Hollande, qui va donc être « évaluée » par le gouvernement. « Je suis attaché à la simplicité du dispositif », a-t-il ajouté.

L’ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait mis en place le tiers payant chez le médecin, avec une généralisation programmée pour le 1er décembre de cette année, au grand dam des syndicats de médecins libéraux qui avait fortement contesté cette mesure.

Un tiers payant généralisable plutôt que généralisé ?

Pour rappel, le tiers payant dispense les patients d’avancer les frais remboursés par la sécurité sociale et donc de simplement prendre en charge les frais remboursés par les mutuelles. Ce mécanisme existait auparavant dans les pharmacies et chez certains médecins avec les patients couverts par la CMU, notamment.

Avec la généralisation qui devait entrer progressivement en vigueur d’ici la fin de l’année, tous les Français auraient pu bénéficier du tiers payant et ainsi ne pas avoir à avancer les frais de consultation s’ils bénéficient du tiers payant total. S’il n’est que partiel, le patient devront tout de même payer les honoraires qui ne sont pas remboursés par l’Assurance maladie.

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron prônait dans son programme un tiers payant généralisable et non généralisé. Un dispositif « simple et efficace, permettant aux professionnels d’en faire bénéficier leurs patients sans contrainte ».

Source : rtl.fr