Santé : qu’est-ce que la « maladie du soda » qui touche 6 millions de Français ?

Communément appelée « maladie du soda » ou « maladie du foie gras humain », la stéatose hépatique non alcoolique touche 12% des Français.

Un algorithme pour détecter une maladie : c’est la découverte qu’a présenté une équipe de chercheurs français lors d’un Congrès à Paris, les 6 et 7 juillet dernier. Si elle se révèle efficace, cette méthode pourrait être un grand pas pour les patients atteints de la NASH, communément surnommée « maladie du soda » ou « maladie du foie gras ».

Il y a encore quelques années, la NASH (stéatose hépatique non alcoolique) était encore inconnue. Pourtant, près de 12% de la population française souffrirait de cette maladie décrite par les experts comme un véritable fléau dans les sociétés occidentales. Pathologie silencieuse, elle ne se détecte qu’à un stade avancé, réduisant alors les chances de guérison pour les patients qui en sont atteints.

La maladie du soda est due, comme son appellation l’indique, à une mauvaise alimentation et hygiène de vie. La surconsommation de gras et de sucre affecte le foie qui se gorge en graisse. L’accumulation de ces cellules graisseuses affecte alors le fonctionnement de l’organe vital.

Devenue la première cause de transplantation hépatique

Lorsque la maladie se déclare, les symptômes cliniques restent timides. Ce n’est que lorsqu’elle atteint un stade avancé que des douleurs se manifestent et peuvent alors alerter patients et médecins. À terme, la NASH peut entraîner une cirrhose, voire un cancer du foie.

Lié à l’épidémie d’obésité et de surpoids dans le monde, le syndrome NASH est en forte progression dans les pays industrialisés. 12% des Américains et 6% des Européens en seraient atteints, si l’on en croit une étude parue dans le New England Journal of Medecine. En France, elle concernerait 6 millions de Français.

Actuellement, il n’existe aucun traitement pour soigner les patients atteints de la NASH. Dès sa détection, un changement du comportement alimentaire s’impose afin d’éviter que la maladie ne progresse. Si le foie est trop affecté, les spécialistes ont recours à la transplantation. Aux États-Unis, cette pathologie est devenue la première cause de transplantation hépatique.

Pierre Menès victime de la « maladie du soda »

En 2015, Pierre Menès, commentateur sportif, a été greffé après avoir été victime de la NASH. Depuis, il a raconté son calvaire dans un livre intitulé « Deuxième mi-temps ». Une façon d’alerter les Français sur cette maladie ravageuse.

Présenté en Congrès à Paris, un algorithme mis en place par une équipe de chercheurs français pourrait permettre une détection précoce de la pathologie. « Ce nouvel algorithme, appelé eLIFT-FMVCTE, identifie avec précision les patients atteints d’une maladie du foie chronique avancée qui doivent consulter un spécialiste », note l’étude présentée dans le Journal of Hepatology en janvier dernier.

Source : rtl.fr