Santé. L’alcool, première cause d’hospitalisation

Une étude montre que le coût pour l’Assurance maladie des pathologies liées à l’alcool est largement sous-évalué. L’alcool est la première cause d’hospitalisation en France. C’est ce que révèle une étude, publiée hier dans le Bulletin épidémiologique de l’Institut de veille sanitaire, qui souligne l’insuffisance de la prise en charge des abus d’alcool. En 2012, l’alcool a induit plus de 580.000 hospitalisations, soit une hausse de 11,3 % depuis 2006. Ces interventions médicales représentent un coût de 1,22 milliard d’euros, sur les 55 milliards de dépenses de l’Assurance-maladie. Dans le secteur psychiatrique, plus de 2,7 millions de journées sont consacrées aux pathologies liées à la consommation d’alcool. Cela représente 10,4 % du total des journées dans les services psychiatriques. « Le coût estimé s’élève à près de 3,6 % de l’ensemble des dépenses hospitalières en 2012 », affirme l’étude. Mais les chiffres des hospitalisations et de leurs coûts sont sous-estimés, insistent les deux signataires de l’étude. 20 milliards d’euros Le professeur François Paille du service d’addictologie du CHU de Nancy va encore plus loin. Pour lui, « L’ensemble du coût sanitaire et social de l’alcool est de l’ordre de 20 milliards d’euros ». « L’essentiel des coûts hospitaliers est dû aux complications de l’alcool : il y a cinq fois plus de patients hospitalisés pour des complications que pour la seule dépendance à l’alcool », ajoute-t-il. Cette situation s’explique par « l’insuffisante prise en charge des comportements d’alcoolisation excessive et du sevrage, d’abord aux urgences puis ensuite au cours d’hospitalisation pour ivresse », explique le docteur Michel Reynaud, président du fonds actions addictions et cosignataire de l’étude. Autre révélation de l’étude, le développement du « Binge Drinking » – qui consiste à boire beaucoup d’alcool très rapidement – chez des publics plus âgés, alors qu’on pensait cette pratique réservée à des publics plus jeunes. Les régions les plus touchées par l’alcoolisme sont le Nord et la Réunion.

Source : Le Télégramme