RSA contre SMIC: un homme au RSA ne touche pas plus qu’au SMIC

Une personne au RSA touche plus d’argent que quelqu’un au SMIC ? C’est une idée reçue largement répandue démontée par une étude.

Le RSA, Revenu de Solidarité Active, est versé aux personnes sans ressources et victime de nombreuses idées reçues. La principale est que quelqu’un au SMIC touche moins d’argent qu’une personne au RSA.

LE RSA NE RIME PAS AVEC RICHESSE

Pour défendre le RSA, l’ONG ATD-Quart Monde publie une étude cette semaine. Intitulé « Manuel pour en finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté », il démonte les arguments des anti-RSA.
Le principal cliché diffusé sur le RSA est qu’un allocataire RSA gagne plus d’argent qu’un salarié au SMIC. L’étude montre que 76% des Français sont de cet avis.

Pour Damien pourtant, père de famille, qui témoigne ce lundi sur RMC, rien n’est plus erroné. Père célibataire en charge de ses deux enfants, les fins de mois sont difficiles.

« Je ne sais pas comment les gens imaginent notre vie. Au fond, ils parlent, sans savoir de quoi ils parlent. »
Damien touche 900 euros par mois et explique sur RMC, attendre le versement de son RSA pour aller faire les courses. « Dans mon porte-monnaie, j’ai 20 euros » raconte-t-il pour illustrer la situation de pauvreté dans laquelle il se trouve.
Contrairement aux idées reçues, Damien aimerait bien trouver un travail. « Comment je fais pour aller vers un patron et lui dire que ça fait 12 ans que je n’ai pas travaillé. Et que je n’ai aucune expérience ? »

LE RSA CE N’EST PAS UNE QUESTION « D’ASSISTÉS »

L’étude d’ATD-Quart Monde essaie de changer le sentiment que les gens au RSA sont des « assistés ».
En effet, la porte-parole de l’ONG, Tiphaine Cornacchiari, citée par RMC explique qu’il faut en finir avec cette terminaison. Elle dénonce notamment les candidats à la primaire de la droite qui utilise cette expression.

C’est vrai que les programmes des candidats à la primaire ont en point commun de vouloir diminuer les aides sociales. Nicolas Sarkozy par exemple est en faveur d’un conditionnement du RSA à l’exercice d‘une activité. Jean-François Copé souhaite diminuer les allocations chômages. Quant à Bruno Le Maire, il compte créer une aide sociale unique qui serait plafonnée à deux tiers du SMIC (soit 9777 euros).

L’étude compare notamment les différences de revenus entre des foyers au SMIC et des foyers touchant le RSA. Un comparatif déjà proposé par Valeurs Actuelles en août dans un article intitulé « Les assistés, comment ils ruinent la France ».
Mais comme le révèle Libération, les données de Valeurs Actuelles sont basées sur de mauvais calculs. Le magazine comptait par exemple la gratuité des transports comme un revenu à part entière. Il ne prenait pas non plus en compte le fait que les smicards et les allocataires RSA touchent généralement les mêmes aides sociales.

Ainsi, selon les chiffres d’ATD-Quart Monde, pour un couple avec deux enfants, l’écart de revenu est supérieur à 650 euros. Il est de 551 euros pour un couple sans enfant et de 516 euros pour un parent seul avec deux enfants.

AVEC LE RSA, LES GENS VIVENT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

ATD-Quart Monde reconnaît par ailleurs qu’il existe un cas de figure où une personne avec le RSA aura plus de revenus qu’une personne au SMIC. Une personne célibataire et sans enfant touche plus avec le RSA. En effet, cette même personne, avec un SMIC, n’aura pas droit aux mêmes aides sociales.
Néanmoins, selon une étude du CREDOC publiée en 2014, cela ne représente que 5% des personnes au RSA.

Aujourd’hui, en France, si on considère le seuil de pauvreté, la plupart des allocataires RSA se situent sous le seuil de pauvreté. Le seuil de pauvreté se situe à 1411 euros brut par mois pour un couple avec deux enfants. Ils n’en touchent que 1123 euros.

Et l’écart se creuse encore pour un couple sans enfant. Le seuil de pauvreté est à 1008 euros par mois contre un revenu total de 802 euros.

Source : mcetv.fr