RS. Une fusion « positive » des hôpitaux de Brest et Carhaix à « compléter »

Dans un communiqué de presse, l’Agence régionale de santé revient sur la fusion des hôpitaux de Brest et Carhaix et estime qu’il faut désormais travailler sur « l’amélioration de l’offre au regard des besoins territoriaux ». S’appuyant sur une mission d’audit confiée à Ernst and Young (EY),  » dans le cadre d’un cahier des charges concerté entre l’ARS Bretagne et les partenaires finistériens concernés « , l’agence de santé régionale juge « très positive » la fusion intervenue en 2009 entre le centre hospitalier de Carhaix et le centre hospitalier universitaire de Brest. Depuis 2007, l’établissement de santé du Centre Bretagne était  » confronté à des difficultés d’ordre démographique, organisationnel et financier « , souligne l’ARS dans un communiqué de presse.  » Globalement, les deux sites ont bénéficié de la fusion  » poursuit l’ARS. L’audit a relevé une amélioration du pilotage médico économique et du management sur Carhaix; l’ouverture de Brest sur le territoire qui renforce sa culture de coopération et sa dimension régionale ; et  l’amélioration générale de l’attractivité et de l’activité sur les deux sites « .   Pour l’ARS,  » la médecine de ville est très satisfaite  » aujourd’hui du  » renforcement de l’offre en compétences médicales spécialisées « .   « Le projet médical résultant de cette démarche de fusion s’articulait autour la réorganisation du site brestois intégrant le site de Carhaix, notamment des plateaux techniques », pour « garantir davantage d’efficience et de sécurité » ; le « maintien d’une activité de proximité en médecine, chirurgie et obstétrique sur les sites de Carhaix et de Landerneau « ; et « une modernisation de la gestion « .    » Certains secteurs du site de Carhaix se sont fortement renforcés » :  les urgences, les consultations avancées de médecine, la pharmacie, les systèmes d’information, et l’orthopédie.   « L’ARS parle aussi d’un  » renforcement des compétences « , d’une  » hausse de la qualité  » des soins, et d’une  » augmentation de l’activité (le nombre des séjours d’hospitalisation a progressé sur un rythme de + 4,7 % par an sur la période 2012/2014, passant de 5.485 à 6.008, le nombre des consultations a quant à lui progressé à hauteur de + 46% sur la période 2009-2014) », etc.    Pour l’ARS, il faut désormais  » anticiper  » les points de fragilité et  » améliorer et développer  » l’offre de soins en Centre Bretagne.   Car  » le site de Carhaix du CHRU est en première ligne, face à une population qui présente des indicateurs de niveau de santé moins bons que la moyenne de la Bretagne et une médecine de ville insuffisante « .

Source : Le Télégramme