Quelle retraite pour les salariés français travaillant en Europe ?

La mobilité professionnelle participe à la dynamique du marché de l’emploi européen. Revue de détail de ce qu’il advient de la retraite d’un salarié français dans un contexte de mobilité européenne.

Aujourd’hui, l’Europe compte environ 4 personnes actives (16-62 ans) pour chaque personne âgée de plus de 63 ans . D’ici 2060, 2 employés actifs cotiseraient pour chaque personne retraitée. Ce changement démographique constitue un obstacle non négligeable pour les gouvernements de l’UE, concernant leur responsabilité ultime vis-à-vis des pensions publiques de sécurité sociale.

De plus, dans le contexte actuel de marchés financiers volatiles, de règles comptables complexes et de règlementations renforcées, les entreprises sont davantage conscientes des risques financiers associés à leurs régimes de retraite et sont en recherche active de nouveaux moyens d’en réduire les coûts et les risques.

L’un des axes de remédiation est la mobilité professionnelle compte tenu de sa participation à la dynamique du marché de l’emploi européen. Cependant, un impératif persiste : l’actualisation des plans et schémas d’épargne-retraite à échelle locale, mais aussi européenne. De ce fait, qu’advient-il de la retraite d’un salarié français dans un contexte de mobilité européenne ?

Quelles sont les options de cotisations d’un Français, depuis l’étranger ?

En France, plusieurs systèmes permettent à un salarié mobile, détaché ou expatrié, de continuer à cotiser en France, depuis l’étranger.

• Le PERCO , système efficace garantissant une solidarité d’épargne collective, tout en permettant à un souscripteur mobile de continuer à en bénéficier si le lien contractuel est maintenu,
• Le « contrat retraite article 83 », plus adapté à un contexte mobile et permet comme le PERCO, une portabilité, dans une certaine mesure,
• Un employé mobile français peut également poursuivre ses versements à l’AGIRC et à l’ARRCO, de façon volontaire.

Existe-t-il un moyen efficace de centraliser son épargne en tant qu’employé mobile ?

La meilleure solution pourrait provenir d’une directive établie par le Conseil européen en 2003 : l’IORP. Cette dernière porte sur les activités des Institutions de Retraite professionnelle et mènerait vers une stratégie de retraite européenne plus complète, permettant une économie de coûts financiers, {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lesechos.fr