La rémunération de l’intérim médical plafonnée à partir de 2018

Un décret, paru ce dimanche au Journal officiel, vise à mieux encadrer cette activité qui grève le budget des hôpitaux.

Comment éviter que les hôpitaux aient trop souvent recours à des médecins intérimaires pour pallier la pénurie de praticiens ? En plafonnant leur rémunération, propose un décret publié au Journal officiel ce dimanche. Ce plafonnement commencera à partir de janvier 2018 et s’étendra de manière dégressive jusqu’en 2020.

‘Pris pour l’application’ de la loi santé du précédent gouvernement, ce décret vise à mieux encadrer l’intérim médical. Une pratique qui grève le budget des hôpitaux et contribue au manque d’attractivité des postes de praticiens hospitaliers, deux à quatre fois moins rémunérés.

1.170,04 euros la journée

Le décret fixe ainsi ‘un salaire brut maximum pour la rémunération d’un praticien (médecin, mais aussi dentiste ou pharmacien, ndlr) mis à disposition dans un établissement public de santé par une entreprise de travail temporaire pour une journée de vingt-quatre heures de travail effectif’.

Ce salaire brut est calculé au prorata de la durée de travail effectif accompli dans le cadre de la mission’, précise le texte. Dans un arrêté, également publié ce dimanche, le plafond est fixé ‘pour une journée de vingt-quatre heures de travail effectif, à 1.170,04 euros à compter de l’année 2020.

Pour 2018, ce plafond est, ‘de manière transitoire, porté à 1.404,05 euros’, contre ‘1.287,05 euros pour l’année 2019’, selon l’arrêté {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lesechosfr