Réformes sociales : qui aurait droit aux allocations chômage en cas de démission ?

L’extension de l’assurance-chômage aux démissionnaires et aux indépendants constitue l’une des mesures phares du second volet social porté par le gouvernement.

Plaquer son boulot… et toucher le chômage. L’extension de l’assurance chômage aux démissionnaires – ainsi qu’aux indépendants – constitue l’un des points marquants du second volet social porté par Emmanuel Macron, ouvert ce jeudi avec la réception des responsables syndicaux à l’Elysée.

Alors que ce sujet risque d’être le plus débattu des trois «chantiers» lancés par le gouvernement – chômage, apprentissage et formation professionnelle -, voici, point par point, un comparatif du dispositif en vigueur aujourd’hui avec celui qu’Emmanuel Macron a esquissé jusqu’à présent, dans ses interviews et son programme de campagne.

Actuellement

Qui touche le chômage ?

Il faut résider en France et respecter certaines conditions : avoir perdu involontairement son emploi, avoir travaillé au moins 4 mois au cours des 28 derniers mois ou n’avoir pas encore atteint l’âge et le nombre de trimestres nécessaires pour une retraite à taux plein. Il faut également s’inscrire à Pôle emploi dans les 12 mois suivant la perte d’emploi.

Quels démissionnaires sont concernés ?

Comme le rappelle le site Mode(s) d’Emploi, toucher le chômage après une démission est possible sous certaines conditions seulement : déménagement pour suivi de conjoint, d’un mineur ou pour violences conjugales ; mariage ou Pacs, démission d’un emploi aidé ; plainte suite à un contrat litigieux ; création d’entreprise et quelques autres cas particuliers.

Un démissionnaire ayant décidé de quitter son CDI pour se lancer dans une autre activité, par exemple, n’est pas indemnisé. Les jeunes diplômés arrivant sur le marché de l’emploi non plus, de même que les travailleurs indépendants (profession libérale, micro-entrepreneur, agriculteur, artisan, commerçant, etc.). Ces derniers peuvent cependant contracter une assurance privée facultative.

Combien les bénéficiaires perçoivent-ils ?

Le montant brut de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est obligatoirement compris entre 57 et 75 % du salaire journalier de référence. Fin 2016, l’allocation moyenne versée à ceux qui ne travaillaient pas était de 1010 euros.

Dans les projets d’Emmanuel Macron

Qui touche le chômage ?

Mercredi, Muriel Pénicaud expliquait sur BFM TV que «l’objectif» du gouvernement était d’ouvrir l’assurance chômage «à tous», notamment à certains démissionnaires. Ubérisation de l’économie oblige, elle intégrerait également les 3,3 millions de travailleurs indépendants.

Quels démissionnaires sont concernés ?

Dans son programme de campagne, Emmanuel Macron expliquait que chaque salarié, «tous les cinq ans», aurait droit au chômage «s’il choisit de démissionner pour changer d’activité ou développer son propre projet professionnel». En contrepartie, les contrôles sur la recherche d’emploi seraient renforcés pour tous les chômeurs, afin de «mieux contrôler la réalité des recherches», comme il l’avait ensuite expliqué, fin août, au Point.

Au bout du premier mois sans emploi, un chômeur devrait se soumettre à un «bilan de compétences» et éventuellement bénéficier d’une formation.«S’il existe des emplois accessibles en lien avec ses compétences, ils seront proposés», détaillait le chef de l’Etat. «Si plus de deux emplois décents, selon des critères de salaire et de qualification, sont refusées, ou que l’intensité de la recherche d’emploi est insuffisante, alors les allocations seront suspendues», expliquait son programme.

Combien les bénéficiaires perçoivent-ils ?

C’est l’un des sujets de préoccupation des responsables syndicaux. Ceux-ci craignent une baisse des indemnités pour compenser la hausse du coût de l’allocation, désormais étendue aux démissionnaires et indépendants. Selon certaines estimations, celui-ci pourrait atteindre 14 milliards d’euros, un chiffre «fantaisiste», selon le gouvernement, qui table plutôt sur 2 à 3 milliards d’euros {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : leparisien.fr