Les quatre chantiers de la Ministre Agnès Buzyn

En déplacement, ce jeudi, à Rennes, Agnès Buzyn a présenté la «stratégie nationale de santé» du gouvernement pour le quinquennat. La ministre reste toutefois floue sur les moyens donnés à ses ambitions.

Ce n’est pas un hasard si Agnès Buzyn a choisi l’École des hautes études en santé publique, basée à Rennes, pour présenter la politique gouvernementale des cinq prochaines années. Devant les étudiants, la ministre a déroulé les quatre axes de sa « stratégie nationale de santé », publiée le 29 décembre au Journal officiel, et prévenu les futurs cadres de l’administration sanitaire française : « C’est à vous qu’il reviendra de conduire le changement ».

Le paquet sur la prévention

Dans ce domaine, la France est en retard. Elle y consacre 2 % de son budget de santé quand l’Italie, par exemple, dépense une part deux fois plus importante. Alors, à l’horizon 2022, Agnès Buzyn voit large : il s’agit de promouvoir la santé « dans tous les milieux et tout au long de la vie ». La ministre insiste sur la prévention à destination des publics précaires, plus touchés que les autres par le tabagisme et l’obésité, notamment.

Irriguer les déserts médicaux

Doublement du nombre de maisons de santé, extension des zones bénéficiant d’aides à l’installation des médecins, création de 300 postes partagés entre hôpital et campagne… « Nous devons lutter contre les inégalités territoriales », explique Agnès Buzyn. Certaines mesures entrent en vigueur dès cette année mais la ministre appelle les acteurs locaux à « proposer des solutions innovantes ».

Gros chantier à l’hôpital

La fin de la tarification à l’acte, « qui a enfermé les hôpitaux dans des logiques de rentabilité », est pour bientôt. Le ministère ouvre la chasse aux « actes inutiles », faits pour gonfler l’activité et obtenir ainsi {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : letelegramme.fr