Protection sociale : la France championne d’Europe des dépenses

En 2014, la France a consacré 34,3 % de son PIB aux prestations sociales, soit presque six points de plus que la moyenne européenne.

À l’heure où des sujets comme la réforme de la sécurité sociale ou la dégressivité des allocations chômage animent le débat public à l’approche de la présidentielle, ce chiffre est riche en enseignements : selon des données publiées mercredi par Eurostat, la France a consacré 34,3% de son PIB aux prestations sociales en 2014, ce qui en fait le pays le plus dépensier dans ce domaine en Europe.

En dépensant plus d’un tiers de son PIB à la protection sociale, la France culmine à 5,6 points de plus que la moyenne européenne, estimée à 28,7%. Elle est talonnée par le Danemark (33,5%) et la Finlande (31,9%). Quatre autres pays européens utilisent au moins 30% de leur PIB pour la protection sociale : les Pays-Bas, la Belgique, l’Autriche et l’Italie. À l’inverse, ils sont dix a y consacrer moins de 20%, principalement des pays d’Europe de l’Est.

Ces fortes disparités entre les Etats s’expliquent par des différences de niveaux de vie, mais pas seulement. « Elles illustrent également la diversité des systèmes nationaux de protection sociale ainsi que des structures démographiques, économiques, sociales et institutionnelles propres à chaque État membre », détaille Eurostat dans son rapport .

Des dépenses françaises en forte augmentation

Au niveau de la répartition entre les postes de dépenses, la vieillesse représente presque la moitié (45,9%) des allocations sociales des Etats européens. L’autre poste important concerne les soins de santé (36,5%). Le petit quart restant est occupé par les aides à la famille et l’enfance (8,5%), le chômage (5,1%) et le logement et l’exclusion sociale (4%).

Si la France dépense plus que la moyenne européenne, la répartition entre les postes de dépenses est quasiment identique aux standards de l’Union européenne. Toutefois, elle se consacre légèrement plus au logement (5,5%) et au chômage (6,2%) que les autres Etats.

Enfin, alors que la part du PIB européen dépensé en protection sociale n’augmente que très légèrement ces dernières années, de 28,3% en 2011 à 28,7 % en 2014, celui de la France est passé de 32,7% à 34,3 % sur la même période, soit une augmentation de 1,6 point. Entre 2011 et 2014, seules la Finlande et la Bulgarie (+ 2 points) ont fait plus, la grande majorité des pays connaissant plutôt une faible augmentation voire un recul.

Source : lesechos.fr