Pourquoi certaines régions créent plus d’emplois que d’autres.

L’emploi dans le secteur privé a progressé légèrement en 2015 au niveau national. Mais les régions ne sont pas toutes placées à la même enseigne.

Pour trouver du travail, mieux vaut habiter en Bretagne ou dans le Sud-Ouest que dans le Nord-Est de la France. Ils étaient 17,8 millions de Français à travailler dans une entreprise privée en 2015, soit 0,1% de plus qu’en 2014. Cependant, cette légère hausse au niveau national masque des évolutions contrastées selon les régions, comme le montre un bilan publié par l’Acoss (banque de la Sécu).

Les régions les plus créatrices d’emploi ont été l’Ile-de-France, la Bretagne et l’Occitanie (Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon), avec 0,4% de salariés en plus en 2015 dans le secteur privé par rapport à 2014. Les DOM, mis à part la Guadeloupe, s’en sortent encore mieux avec une hausse supérieure à 0,7%. En revanche, la Normandie, le Centre-Val de Loire et les régions du Nord-Est de la France connaissent une baisse de l’emploi dans le secteur privé.

Les services sont dynamiques

En ce qui concerne les secteurs d’activité, les services tirent leur épingle du jeu. En 2015, il y avait 75.700 salariés en plus dans ce secteur à l’échelle nationale, soit une progression de 0,6% en un an. Les régions de la façade atlantique (hors Poitou-Charentes), Rhône-Alpes, les régions méditerranéennes et sans surprise l’Île-de-France sont les régions les plus attractives du secteur tertiaire. Ces régions ont profité en 2015 du tourisme, avec notamment une hausse de l’activité de l’hôtellerie-restauration. De même, les activités informatiques sont créatrices d’emploi.

À l’inverse, l’industrie se porte mal, avec la disparition de 37.100 postes, soit une évolution de -1,2% par rapport à 2014. En Picardie et dans les régions de l’Est, l’emploi dans l’industrie baisse même de plus de 2%, alors qu’il s’agit d’un secteur important pour ces régions. Seuls la Corse, Midi-Pyrénées et la Réunion présentent des effectifs en progression dans le secteur manufacturier. La construction, quant à elle, chute avec un net recul des effectifs de 3% en un an au niveau national, soit 42.500 postes en moins.

L’intérim est lui en hausse de 3,2% au niveau national, et progresse dans la plupart des régions. Un élément encourageant pour 2016, car ce secteur est un indicateur avancé du marché du travail. Quant au salaire moyen, il augmente également, de 1,5% en 2015, pour atteindre 2513 euros par mois en moyenne dans le privé.

Source : lefigaro.fr