Pour son plan logement, le gouvernement passe par la concertation

L’exécutif s’est fixé l’objectif de regrouper les bailleurs sociaux, au nombre de 700 aujourd’hui.

Changement de méthode. Après avoir plus que froissé les acteurs du logement social en juillet, lors de l’annonce surprise de la réforme des Aides personnelles au logement, le gouvernement a accepté, pour faire aboutir sa loi, de mener une large concertation.

Les acteurs du logement se sont retrouvés, mardi 12 décembre, à une « conférence de consensus » organisée au Sénat à l’initiative de son président, Gérard Larcher. Objectif : discuter de la future loi avec la société civile et les parlementaires – sénateurs, mais aussi députés – avant même d’aller devant le parlement.

Cinq ateliers ont été installés et ils devront rendre leur conclusion fin janvier, pour une présentation du texte en conseil des ministres au cours du premier trimestre.

« Construire plus, mieux et moins cher »

Sur la table des discussions, le gouvernement a posé un avant-projet de loi, qui « s’inscrit dans la droite ligne de la stratégie présentée le 20 septembre », assure le ministère du logement et de la cohésion des territoires.

Articulé en trois titres et 57 mesures, le document reprend les éléments qui devaient constituer le « choc d’offre », présenté en septembre. Il s’agit notamment de « construire plus, mieux et moins cher » (titre 1) en mobilisant du foncier dans le cadre de partenariats État-collectivités territoriales, en simplifiant les procédures d’enquêtes publiques ou en stabilisant le nombre de normes. Il s’agit ainsi de « passer de 100 % de logements adaptés aux normes handicapés, à 100 % de logements adaptables et 10 % adaptés », souligne-t-on au ministère.

Quid de l’économie de 1,5 milliard d’euros

Quelques mesures concernent également l’épineuse question de la réforme du monde HLM, avec quatre objectifs affichés : regrouper ces organismes, au nombre de 700 aujourd’hui ; valoriser le patrimoine des bailleurs en leur donnant {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : la-croix.com