Pathologies, lieu, parcours de soins : comment meurent les Français ?

Une étude de Santé Publique France, diffusée le 12 décembre et intitulée « Recours aux soins palliatifs hospitaliers des personnes décédées en 2013 en France selon leurs caractéristiques et pathologies », s’attache à décrire l’état de santé, les conditions d’hospitalisation et le lieu de décès des assurés du régime général décédés en 2013, dans l’hexagone.

L’objectif ? Explorer, sur une large population, l’apport du Système national d’information inter-régimes de l’Assurance maladie (Sniiram) pour appréhender le détail de ces caractéristiques et améliorer la prise en charge. Résultats et analyse.

Quels résultats ?

Au total, « 347 253 décès » ont été identifiés en 2013, correspondant à 61 % des personnes décédées tous régimes d’Assurance maladie confondus. L’âge moyen au décès était de « 77 ans » (73 ans pour les hommes, 81 ans pour les femmes), précise encore l’étude. De manière générale, l’année précédant le décès, 84% des personnes ont été hospitalisées au moins une fois et 29% ont bénéficié de soins palliatifs hospitaliers (SPH) avec de fortes variations selon l’âge et le sexe.

Parmi l’ensemble des personnes décédées, 29% avaient eu recours à des soins palliatifs lors du décès ou au cours de l’année précédente.

Lieux du décès et parcours

On apprend également que les décès se sont produits lors d’une hospitalisation dans 60% des cas (51% en court séjour, 6% en soins de suite et réadaptation, 3% en hospitalisation à domicile), en Ehpad dans 13% des cas et dans un autre lieu pour 26% (c’est-à-dire sur la voie publique, au domicile, en maison de retraite hors Ehpad…) En outre, la part des décès en Ehpad était plus élevée pour les femmes (19% versus 7% pour les hommes). Dans le détail, les lieux de décès variaient selon la pathologie. Pour les personnes prises en charge pour un cancer, 64% décédaient en MCO en 2013 contre 7% en Ehpad et 16% hors hospitalisation ou Ehpad. Pour les maladies cardiovasculaires {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : infirmiers.com