Papillomavirus: vaccin proposé aux hommes ayant des relations homosexuelles

La vaccination contre les papillomavirus, virus sexuellement transmissibles cause de cancers, est recommandée jusqu’à l’âge de 26 ans aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes-AFP/JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

La vaccination contre les papillomavirus, virus sexuellement transmissibles cause de cancers, est recommandée jusqu’à l’âge de 26 ans aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, selon le calendrier vaccinal 2017 publié lundi.

La mise à jour du calendrier, disponible sur le site du ministère de la Santé, concerne également des vaccinations contre des méningites bactériennes dues à des méningocoques et la vaccination contre la tuberculose des enfants à risque.

Pour les hommes ayant des relations homosexuelles (HSH), la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV), qui peuvent occasionner des cancers génitaux masculins, est recommandée avec le vaccin Gardasil.

Le vaccin peut être proposé dans des Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (Cegidd) d’infections sexuellement transmissibles ainsi que dans les centres publics de vaccination afin de permettre un accès gratuit à la vaccination.

Chez les jeunes filles et les jeunes femmes qui n’étaient pas vaccinées, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) recommande d’initier la vaccination par le vaccin Gardasil9 « qui sera prochainement disponible » et qui protège contre 9 souches de papillomavirus au lieu de 4 pour le vaccin précédemment recommandé, souligne la Direction générale de la Santé (DGS, ministère de la Santé).

Dans cette attente, cette vaccination de rattrapage peut être effectuée avec l’un des deux vaccins existants (Cervarix ou Gardasil).

La vaccination contre les infections à papillomavirus, impliquées dans la survenue de cancer du col de l’utérus, ne se substitue pas au dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus, y compris chez les femmes vaccinées, mais vient renforcer les mesures de prévention.

Pour les enfants exposés à un risque élevé de tuberculose, la vaccination avec le BCG est recommandée au cours du 2e mois, sauf pour les nouveau-nés de Guyane et de Mayotte, pour lesquels la vaccination est recommandée avant la sortie de la maternité, note la DGS.

Autre recommandation : l’âge de la première vaccination contre le méningocoque C, cause de méningite,est abaissé à titre transitoire à l’âge de 5 mois, avec une 2e injection à l’âge de 12 mois.

Le vaccin tétravalent dirigé contre quatre agents de méningites (méningocoques de type A, C, Y et W), peut dorénavant être prescrit dès l’âge de 6 semaines.

source: scienceetavenir.fr