Onze choses à savoir sur Zika, le virus qui menace les femmes enceintes

Les scientifiques estiment qu’il y a un lien «hautement probable» entre Zika et les microcéphalies constatées notamment en Polynésie française et au Brésil mais de nombreuses questions demeurent sur la manière dont le virus affecte le fœtus chez les femmes enceintes.

Qu’est-ce que le zika ?

Le zika est une maladie due au virus du même nom transmis par les moustiques. Le virus zika appartient à la famille des flaviviridae, comme ceux de la dengue et de la fièvre jaune.

Comment se transmet la maladie ?

La transmission du virus est réalisée par le moustique-tigre (aedes aegypti et aedes albopictus). Le moustique se contamine en prélevant le virus dans le sang d’une personne infectée, qui est contaminante pour les moustiques. En revanche, la maladie ne se transmet pas d’humain à humain directement.

Où en est l’épidémie ?

La maladie touche déjà une large partie de l’Amérique latine, qui est actuellement en plein été austral: une vingtaine de pays, dont le plus touché, le Brésil, affiche déjà plus de 1,4 million de personnes malades. La ministre de la santé, Marisol Touraine, vient de déconseiller aux femmes enceintes de voyager dans les zones infectées par le virus.

Zika peut-il arriver en Europe continentale ?

Il est déjà arrivé (au Danemark et en Grande-Bretagne) via des personnes qui avaient voyagé en Amérique latine. Mais le moustique ne vivant pas en Europe pendant l’hiver, il ne peut pas transmettre le virus. Les cas devraient restés très limités jusqu’au printemps. Ensuite, les experts anticipent une épidémie entre mai et septembre, alors que le moustique-tigre est présent en France depuis plusieurs années.

Quels sont les symptômes ? 

Dans 70 à 80% des cas, la personne infectée n’a aucun symptôme (mais elle peut contaminer, via le moustique, d’autres personnes). Chez les autres, les symptômes se caractérisent par une éruption cutanée, avec ou sans fièvre. Les autres signes sont : fatigue, douleurs musculaires et articulaires, conjonctivite, maux de tête et douleurs rétro-orbitaires. Mais ces symptômes étant semblables à ceux d’autres maladies, seul une recherche spécifique du virus peut l’identifier à coup sûr. C’est une maladie relativement bénigne dans la majeure partie des cas.

Quelles peuvent être les complications ?

Alors que ce virus paraissait relativement anodin, des complications neurologiques en lien avec l’infection par zika (syndrome de Guillain-Barré), ont été décrites au Brésil et en Polynésie française. Par ailleurs, des microcéphalies et des anomalies du développement cérébral intra-utérin ont également été observées chez des fœtus et des nouveau-nés de mères enceintes pendant la période épidémique.

Qu’est-ce qu’une microcéphalie ?

« La microcéphalie est une diminution de la taille par rapport à l’âge (gestationnel ou à la naissance) du cerveau avec plus ou moins de lésions cérébrales », explique le professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l’Institut immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Les causes identifiées sont multiples.

Zika est-il responsable de la forte hausse des microcéphalies au Brésil ?

« Le lien entre Zika et microcéphalie est hautement probable », résume le professeur Delfraissy. Les chercheurs avancent un lien de cause à effet d’une part en raison d’une hausse significative de cas de microcéphalies en zone d’endémie zika (une centaine en 2014, 4000 en 2015, et 1600 en janvier 2016) et, d’autre part, en raison de la présence du virus détectée lors d’avortements de femmes vivant en zone d’endémie et dont le fœtus présentait une microcéphalie.

Comment zika agit sur le fœtus ?

« On sait que des infections virales peuvent donner des malformations, surtout quand elles surviennent au premier trimestre de la grossesse au moment où les organes vitaux se forment », explique le professeur Cabié, chef du service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Fort-de-France.

 La rubéole, le cytomégalovirus ou la toxoplasmose sont depuis longtemps répertoriées comme causes de malformations chez le fœtus: « Les virus traversent le placenta, se localisent chez le fœtus, parfois au niveau de certaines cellules cérébrales », ajoute le Pr Delfraissy. Une étude spécifique à zika est en cours.

Existe-t-il un traitement contre zika ?

Non: aucun traitement ni vaccin n’existe contre zika. Seule protection: le répulsif anti-moustique, qui évite d’être contaminé, et, donc, contaminant.

Quelles sont les conséquences pour un enfant microcéphale ?

La microcéphalie « n’est pas compatible avec une vie prolongée: si le cerveau ne s’est pas développé, le corps ne peut pas fonctionner », souligne le Pr Cabié. « La première issue peut être la mort in utero en raison de la sévérité de l’atteinte cérébrale », poursuit le Pr Delfraissy.

À long terme sur un enfant viable, les conséquences seront plus ou moins graves sur les plans moteur et intellectuels. Mais « même dans les atteintes plus légères, le pronostic au niveau fonctionnel et psychomoteur reste relativement sévère. C’est un vrai drame », conclut le Pr Delfraissy.

Source : republicain-lorrain.fr