Médecins: le tiers payant a progressé

La pratique du tiers payant (dispense d’avance de frais) par les médecins généralistes pour les femmes enceintes et patients en affection longue durée (ALD) a progressé de manière « particulièrement significative » depuis le début de l’année, selon un document du ministère de la Santé consulté mardi par l’AFP.

En octobre 2016, le tiers payant a été appliqué par les médecins généralistes dans 73,7% des cas de patients en ALD, au régime général, contre 66% au premier trimestre. Pour les spécialistes, il a augmenté de 76,9% à 78,7% pendant cette période, selon ce document de la direction générale de la santé (DGS).

La dernière loi santé incite, depuis le 1er juillet, les médecins à appliquer le tiers payant aux personnes prises en charge à 100% par l’Assurance maladie (femmes enceintes et personnes souffrant d’ALD). Elle prévoit qu’ils ne pourront pas leur refuser à partir du 1er janvier. Ce sera le cas en novembre 2017 pour tous les patients (uniquement pour la part remboursée par la sécu).

Pour les femmes enceintes, le taux d’application du tiers payant par les généralistes a atteint en octobre 64,5% des soins (contre 55,8% au premier trimestre) et 45% chez les spécialistes (contre 39,3%).

Pour les autres professions, le niveau de tiers payant est très élevé. Les kiné le pratiquent dans 98,8% des cas pour les soins aux patients en ALD, les infirmiers à 99,9% et les laboratoires à 100%.

Pour le risque maternité, les kinés l’appliquent dans 83,2% des cas, les infirmiers à 98,7% et les laboratoires dans 99,9% des situations.

Les syndicats de médecins libéraux sont farouchement opposés à cette mesure, synonyme selon eux de nouvelles contraintes administratives ou de problèmes de paiement, certains appelant à la boycotter.

Source : lefigaro.fr