Macron souhaite finaliser la réforme des retraites avant l’été 2019

Le chef de l’Etat pourrait prendre la parole en février ou mars pour présenter la réforme aux Français et donner sa feuille de route. Un projet de loi devrait être présenté à la fin de l’année.

A l’été 2019, tous les textes de la réforme des retraites seront finalisés, a promis Emmanuel Macron lundi devant la Cour des comptes. Lorsque le gouvernement Philippe a été formé, on parlait plutôt du printemps 2018 pour l’élaboration d’une loi-cadre. Mais le chantier par sa complexité nécessite manifestement plus de temps. Il s’agit d’unifier les régimes de retraite, qui sont plus de 37 en France, au sein d’un nouveau système par points. Une petite révolution.

De facto, les régimes spéciaux des cheminots ou des gaziers-électriciens vont disparaître. Les fonctionnaires et les salariés du privé seront logés à la même enseigne. Alors que jusqu’à présent, on fixait un âge de la retraite, une durée de cotisation et on se référait pour fixer le niveau des pensions à un échantillon de salaires (25 ans dans le privé), il n’y aura bientôt plus qu’une règle pour tous : chaque euro cotisé rapportera les mêmes droits à retraite, quel que soit le travailleur.

Une transformation sensible et complexe

Si la volonté est de simplifier le système et de le rendre plus lisible, le chemin pour y parvenir n’est ni droit ni dégagé. Devra-t-on encore imposer un âge de la retraite ? Comment transformer les anciennes annuités en points ? Combien de temps durera la transition ? Comment piloter l’équilibre du système ? Comment compenser les avantages familiaux et autres bonifications offertes à diverses catégories professionnelles ?

Cette transformation sensible et complexe doit entrer en vigueur à un horizon de dix ans et n’a donc pas vocation à contribuer à redresser les comptes publics à court terme , a souligné le président à de nombreuses reprises ces derniers mois.

Discours en février-mars

Le Haut Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a reçu toutes les organisations syndicales de manière informelle entre novembre et décembre. Ces dernières réclamaient {..}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lesechos.fr