« Ma terrasse sans tabac  » : le nouveau défi de Marisol Touraine

Le ministère de la santé en appelle aux restaurateurs et cafetiers volontaires pour proposer des terrasses sans tabac. Un site et une application dédiés sont prévus.

Un mois sans tabac en novembre… et les terrasses en été ? C’est en tout cas le nouveau défi que lance la ministre de la Santé aux cafetiers et restaurateurs. Au lendemain officiel du printemps, Marisol Touraine lance l’opération « Ma terrasse sans tabac ». Car avec les beaux jours, les Français se précipitent vers les bistrots. Les moyens sont mis sur la table pour relever le défi : site internet et applications sont déployés pour aider les non-fumeurs à profiter du soleil sans fumée.

Une charte signée

C’est un fait : huit Français sur dix se disent gênés par la fumée de tabac. Rien d’étonnant, donc, au slogan du ministère de la Santé : « Même en terrasse, la fumée reste dure à avaler ». Pour faciliter la cohabitation, le site Ma Terrasse Sans Tabac recense donc les lieux qui ont fait l’effort d’aménager leurs espaces extérieurs.

Le principe est simple : cafetiers et restaurateurs ont pu signer une charte qui les engage à créer un espace sans fumée pour les clients. En échange, ils sont référencés gratuitement sur le site, mais aussi dans les applications destinées aux Français en mouvement, et aux touristes. Côté client, il est possible de rechercher les lieux participants mais aussi de signaler quels commerces proposent ce service. Une seule condition, s’inscrire.

Elargir le mouvement

Deux notes sont attribuées aux volontaires. « Sympa » désigne les cafés et bistrots qui offrent deux espaces séparés sans que les non-fumeurs aient à passer par la zone enfumée. « Top » salue les restaurateurs et autres commerçants qui ont aménagé une terrasse à l’air libre sans tabac.

L’idée est d’élargir le mouvement. Pour cela, des flyers et des dépliants seront disposés dans 330 lieux parisiens et 245 autres dans les grandes villes (Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse, Montpellier, Nantes, Strasbourg).

La mesure était prévue dans le programme national de réduction du tabagisme 2014-2019. Reste à voir si elle aura autant de succès que le Moi(s) sans tabac, qui a rassemblé 180 000 inscrits et fait chuter les ventes de tabac de 14 %.

Source : pourquoidocteur.fr