Lyme et Zika : des maladies peu connues des Français

Selon un sondage, seul un Français sur trois affirme bien connaître ces maladies, tandis que près des trois quarts d’entre eux craignent leur propagation dans le pays.

La première, la maladie de Lyme, est causée par des bactéries du genre Borrelia qui sont transmises à l’homme par les tiques. La seconde est provoquée par un virus transporté par des moustiques du genre Aedes. Elles sont toutes deux au cœur de l’actualité, chacune de son côté de l’Atlantique. Alors que le virus Zika continue de s’étendre sur le continent américain (64 pays touchés), la maladie de Lyme a fait l’objet, en France, d’un appel d’urgence fait au ministère de la Santé par une centaine de médecins français, en raison du manque de reconnaissance.

Selon le dernier Carnet de santé mensuel d’Odoxa, un sondage réalisé par Internet pour la MNH, Le Figaro et France Inter auprès de 1036 personnes représentatives de la population française, près de 20% des Français n’ont pas entendu parler de ces deux maladies, quand 37% ont affirmé être bien informés sur le virus Zika et 47% sur la maladie de Lyme. Parmi les personnes interrogées ayant entendu parler de ces infections, la majorité (62% pour Zika, 73% pour Lyme) a déclaré avoir peur d’une propagation de ces maladies en France. Pour l’heure, aucun cas autochtone de Zika, c’est-à-dire déclaré suite à une piqûre par un moustique infecté, n’a été identifié en France. Concernant la maladie de Lyme, non transmissible d’homme à homme, la haute autorité de santé évalue à 27.000 le nombre de personnes infectées chaque année. Un nombre «largement sous-estimé» selon le Pr Christian Perronne, infectiologue à l’hôpital universitaire de Garches et porteur de la pétition visant à réclamer une meilleure prise en charge des malades. Le 29 juin dernier, Marisol Touraine a annoncé le lancement, dès le mois de septembre, d’un plan d’action nationale contre cette maladie.

Pour autant, face aux tiques et aux moustiques, les Français n’adoptent pas tous les précautions recommandées. Surveiller les zones d’eau stagnantes, porter des vêtements longs et fermés ou encore appliquer des insectifuges/insecticides sont des réflexes que seules 47% des personnes interrogées possèdent.

 Source : santé.lefigaro.fr