Loi Travail : quel impact sur la médecine du travail ?

C’est peu à peu que l’on découvre toutes les facettes de la loi El Khomri. Cette fois, ce sont les médecins du travail qui s’inquiètent des conséquences de la Loi Travail.

Alors que des milliers de salariés français sont dans la rue pour protester contre la Loi Travail qui porte son nom, Myriam El Khomri se met cette fois la médecine du travail à dos. Le conseil national de l’ordre des médecins et le syndicat des professionnels de santé au travail s’inquiètent en effet des conséquences de la loi sur les salariés. Selon eux, 80% des employés n’auront plus la possibilité de contacter la médecine du travail pour leur faire part de problèmes de harcèlement ou de burn-out, lesquels se multiplient pourtant dans les entreprises, altérant grandement les conditions de travail de chacun.

En outre, la loi El Khomri restreint selon eux la visite médicale à l’embauche et le suivi individuel renforcé aux salariés évoluant à des postes présentant des risques particuliers. D’autre part, les médecins du travail s’insurgent contre la demande qui leur est faite d’évaluer la capacité d’un employé à assurer son poste avant qu’il ne commence à travailler.

Ils passeraient ainsi d’un rôle de confident à un rôle de sélection et même de contrôleur puisqu’ils seraient en charge de la surveillance de la sécurité des personnes travaillant dans l’entourage des salariés dont ils ont la charge.

Enfin, si un salarié n’est pas d’accord avec l’avis du médecin du travail, il ne saisira plus l’inspection du travail mais le tribunal des Prud’hommes, une procédure naturellement plus complexe.

Source : lesfurets.com