Linky, Open data…Enedis (ex ERDF) veut devenir un acteur de la donnée

Il y a un an, l’opérateur public ERDF changeait de nom pour devenir «Enedis» et se différencier ainsi d’EDF, la maison-mère. Pour le groupe qui goûte à la concurrence depuis 2007 avec l’ouverture du marché de l’énergie, il s’agit aussi de devenir une marque dans l’ère du temps. Les enjeux sont aux « smart grids », aux énergies renouvelables, à la transition énergétique, mais aussi à la « smart home ». Et au centre de ces révolutions; la gestion des données.

Depuis la fin 2015, la filiale d’EDF a entamé le déploiement de son compteur Linky. D’ici 2021, l’opérateur aura installé ses compteurs nouvelle génération dans les foyers de 35 millions de clients. Avec cet objet «communicant» et connecté, Enedis veut entrer dans la course aux nouveaux services pour les particuliers. Doté d’un «bouton connecté», Linky doit notamment permettre «la gestion du consentement» pour autoriser l’exploitation et le partage des données.

Or, Linky n’est pas directement relié à la division numérique. En février 2017, le groupe a nommé Chantal Gernemont au poste de directrice du numérique, après avoir dirigé le département des fusions et acqusitions au sein d’EDF pendant près de six ans. Elle dirige 70 personnes dont une majorité de data scientists et des spécialistes de la gouvernance des données auprès de la CNIL et de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie).

L’acteur historique sait aussi qu’il doit surveiller les géants de la Tech (Amazon avec Echo, Google, Apple) qui captent pour l’instant l’or noir de la donnée des utilisateurs pour la maison intelligente de demain. «On a encore de nombreuses années devant nous», estime pourtant Chantal Génermont citant la question de la péréquation (l’égalité de tarifs entre les collectivités) gérée de manière encore exclusive par l’acteur public.

Sur 39 000 salariés, le groupe, qui revendique «une culture d’ingénieurs», compte «40% cadres, 10% intermédiaire et 50% de techniciens», détaille Chantal Gernemont. 

Source: frenchweb.fr