Les salariés encouragés à demander leur retraite en ligne

Plus de 300.000 personnes par an pourront faire leur demande de première pension retraite via Internet. La dématérialisation pour tous les régimes est attendue en 2019.

Demander sa première pension de retraite via Internet, sans avoir besoin d’envoyer un seul courrier. Ce nouveau service est disponible sur www.lassuranceretraite.fr depuis le 4 janvier. Pour l’instant, seuls les salariés qui n’ont cotisé qu’au régime général y ont accès : s’ils ont été fonctionnaires ou indépendants pendant leur carrière, même brièvement, la procédure dématérialisée n’est pas pour eux.

Mais les monopensionnés du régime général sont très nombreux : plus de 330.000 liquidations de droits propres, sur un total de 650.000 attendues au cours de l’année 2017. De plus, contrairement à ce qu’on imagine souvent, ces monopensionnés sont de plus en plus nombreux.

Atteindre 200.000 déclarations Internet en un an

L’objectif de Renaud Villard, le directeur général de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), qui présentait ce nouveau service ce lundi, est d’atteindre 200.000 déclarations Internet en un an, soit un taux de dématérialisation de 30 %. « Nous sommes face à une révolution silencieuse », a salué la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, en visite dans une caisse d’assurance-vieillesse à Paris. Un « virage numérique » qui permet à la fois d’améliorer le service et de réaliser des économies.

La conversion à la retraite en ligne pourrait devenir une évidence au même titre que la déclaration de l’impôt sur le revenu. D’ailleurs, la téléprocédure est basée sur l’identifiant sécurisé du fisc. L’internaute doit fournir ses bulletins de salaire depuis le début de l’année civile. On lui demande également de scanner certains justificatifs, par exemple son livret de famille, ou bien un relevé d’indemnités journalières – une photo prise avec un téléphone fait l’affaire. « Nous estimons que plus de la moitié de nos usagers sont familiers avec Internet », assure Renaud Villard.

Ce service est accessible aux bénéficiaires de retraites anticipées . En outre, les salariés qui ont glané des trimestres au titre du nouveau dispositif de prise en compte de la pénibilité au travail peuvent également les faire valoir en ligne dès cette année.

« Liquidation unique »

Il est recommandé aux futurs retraités de faire leur demande en ligne quatre à six mois avant la date de leur départ, comme tout le monde. Quant aux fonctionnaires, aux agriculteurs, aux indépendants, aux cheminots, et autres régimes spéciaux, ils devront attendre 2019 pour la retraite dématérialisée. Le site de l’assurance-vieillesse, sur lequel 4,9 millions de comptes ont été ouverts, permet également aux salariés de calculer l’âge de leur retraite et de consulter leur relevé de points, puis aux retraités de télécharger des attestations.

Prochaine grande étape de la modernisation du système de retraite, le 1er juillet : la « liquidation unique » pour les personnes qui ont cotisé à au moins deux de ces trois régimes : salariés du privé (régime général), artisans-commerçants (RSI), et salariés agricoles (MSA salariés). Ils n’auront plus qu’un guichet, le dernier auquel ils auront été affiliés pendant leur vie active. Et ils toucheront une seule pension, au lieu de 2, voire 3 distinctes. Si l’on évite la catastrophe informatique, ce sera une vraie avancée pour les assurés aux carrières diversifiées.

Petites retraites : la CSG s’allège

Plus de 500.000 retraités modestes vont bénéficier ce mois-ci d’une hausse de leur pension. Certains d’entre eux, affiliés au régime général, ont pu le constater dès ce lundi. Les parlementaires ont voté en novembre une exonération de CSG pour les retraités percevant une pension mensuelle inférieure à 1.013 euros et une CSG réduite pour les pensions inférieures à 1.286 euros. Une personne seule touchant 948 euros net par mois en 2016 gagne 43 euros de plus chaque mois ; si sa pension est de 1.200 euros, grâce au taux réduit le gain est de 40 euros. Un couple doté de 1.688 euros aura droit à 75 euros ; à 1.991 euros, ce supplément sera de 62 euros.

Source : lesechos.fr