Les institutions de prévoyance se renforcent malgré un déficit de leur activité en santé collective

Dans un contexte réglementaire mouvant (nouvelles normes prudentielles Solvabilité II, généralisation de la complémentaire santé en entreprise en 2016, mise en place du tiers payant généralisé), les institutions de prévoyance ont tiré leur épingle du jeu en 2014.

Selon le récent rapport d’activité du Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP), la quarantaine d’IP représentées ont affiché l’an dernier un résultat net de 196 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 27,4 milliards d’euros.

« L’an dernier, le ratio de solvabilité ressort en nette amélioration, à hauteur de six fois l’exigence réglementaire actuelle, a déclaré Bertrand Boivin-Champeaux, directeur prévoyance et retraite supplémentaire au CTIP. Ce niveau de solvabilité permet aux institutions de prévoyance d’envisager avec sérénité l’avenir. »

Avec 7,2 millions de salariés couverts au titre des garanties de complémentaire santé, les institutions de prévoyance ont cependant connu en 2014 un exercice déficitaire sur les contrats collectifs santé. « Le rapport entre les cotisations et la charge de prestations versées (y compris les frais de gestion en santé) dans le cadre des contrats collectifs, ressort en négatif », explique le CTIP.

L’an dernier, les institutions de prévoyance ont versé en moyenne 88 euros de prestations pour 100 euros de cotisations. Si la charge des prestations a légèrement diminué (-1,1 %) l’an dernier, les honoraires médicaux ont augmenté de 2,3 % et les frais hospitaliers ont grimpé de 4,9 %. A contrario, les remboursements de médicaments et d’optique ont respectivement diminué de 0,8 % et 0,4 %.

Source : Le Quotidien du Médecin