L’ensemble de la France métropolitaine confronté à l’épidémie de grippe

Le risque d’être contaminé par le virus touche désormais les habitants des treize régions.

L’épidémie de grippe s’étend désormais aux treize régions de France métropolitaine, contre neuf il y a une semaine, a annoncé, mardi 27 décembre, le ministère de la santé. Au 18 décembre, 66 cas graves nécessitant une réanimation et quatre décès liés à la grippe avaient été recensés.

Mercredi dernier, le réseau de surveillance Sentinelles a indiqué que la maladie avait dépassé le seuil épidémique (fixé à 171 cas pour 100 000 habitants) au niveau national pour la première fois de la saison. Le réseau, qui fonctionne à partir des déclarations de quelque 400 médecins généralistes libéraux, avait précisé qu’il faudrait « attendre le dépassement du seuil une deuxième semaine consécutive pour confirmer l’arrivée de l’épidémie de grippe » au niveau national.

Chaque année, l’épidémie de grippe, due à un virus très contagieux, dure en moyenne neuf semaines. Il arrive toutefois qu’elle se prolonge, comme lors de l’hiver 2009-2010, où elle s’était étendue sur 16 semaines.

Epidémie précoce

Selon l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan), qui s’appuie sur des données fournies par SOS médecins, au cours de la période allant du mardi 20 au lundi 26 décembre, la grippe a touché 253 406 nouvelles personnes en France métropolitaine, une augmentation de 35,29 % par rapport à la semaine dernière.

« Après une épidémie de gastro-entérite étonnamment précoce, voici que la grippe, elle aussi, nous surprend par son arrivée dès la fin du mois de novembre. Cette situation est d’autant plus surprenante que la période de silence épidémique fut courte, dans la mesure où la dernière épidémie de grippe s’est terminée très tardivement, fin avril », observe l’Irsan. Un phénomène que l’institut juge « difficilement explicable ».

En dehors de la France, le niveau de l’incidence est en croissance ces dernières semaines au niveau européen. Selon les informations diffusées par l’OMS, c’est la première fois qu’une telle précocité est observée depuis l’émergence de l’épidémie de 2009 (H1N1), ajoute l’Irsan.

Les plus de 65 ans vulnérables

Les plus de 65 ans « représentent environ deux tiers des hospitalisations » pour symptômes grippaux, a souligné la Direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué, évoquant « une forte augmentation du recours aux soins » la semaine dernière chez les personnes de cette tranche d’âge.

Aussi, le ministère de la santé demande aux directeurs des établissements accueillant des personnes âgées (maisons de retraite, etc.) de « relancer la vaccination chez les résidents et de bien rappeler les recommandations » pour les employés concernant les « mesures barrières » à adopter (lavage des mains, port du masque, réduction des contacts…).

La DGS appelle à se faire vacciner rapidement, tout en rappelant qu’« il faut 15 jours en moyenne, après une vaccination, pour être protégé ».

Source : lemonde.fr