L’embellie de la croissance française se confirme

Selon une première estimation de l’Insee, le produit intérieur brut hexagonal a augmenté de 0,5% au troisième trimestre, après une hausse de 0,6% au deuxième trimestre.

Les voyants sont au vert. La croissance économique française a atteint 0,5% au troisième trimestre 2017, selon une première estimation de l’Insee, dévoilée ce mardi. Par ailleurs, l’organisme public a revu à la hausse le produit intérieur brut du deuxième trimestre, puisqu’il s’est accru de 0,6%, au lieu de 0,5%, selon les chiffres révisés. Ces chiffres confirment et confortent ainsi l’hypothèse du gouvernement, qui prévoit une hausse du PIB de 1,8% sur l’ensemble de l’année.

Dans le détail, l’Insee attribue cette évolution à une accélération de la consommation des ménages. Grâce aux achats de services et de biens, les dépenses de ces derniers ont en effet augmenté de 0,5%, après une hausse de 0,3% sur le trimestre précédent, indique l’organisme statistique. «Les dépenses en énergie progressent (+1,6 % après +0,5 %) en raison notamment de températures inférieures aux normales saisonnières en septembre», détaillent les statisticiens. «Les achats de biens fabriqués accélèrent (+1,3 % après +0,5 %), surtout du fait des achats de textile-habillement et de biens d’équipement». La demande intérieure a ainsi contribué à la croissance à hauteur de 0,6 point.

L’investissement des ménages et des entreprises demeure également soutenu. «La FBCF [NDLR: Formation brute de capital fixe] totale croît de nouveau au troisième trimestre 2017 (+0,8 % après +1,0 %)», soutient l’Insee. L’investissement dans le secteur de la construction connaît, en revanche, un léger ralentissement – +0,5% après une hausse de 1,2% au deuxième trimestre «en raison notamment du repli dans les travaux publics», explique l’institut. Sur l’ensemble de l’année 2017, «en acquis» l’investissement total accélère (+3,3 % après +2,7%).

Le commerce extérieur pèse sur la croissance

Tous les indicateurs économiques français sont cependant loin d’être en bonne posture. La production totale connaît en effet un léger ralentissement, avec une hausse de 0,6% contre 0,8% au deuxième trimestre. «En effet, {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lefigaro.fr