L’écart d’âge à la retraite se réduit entre le public et le privé

Les fonctionnaires civils liquident leur retraite en moyenne 18 mois avant les salariés du privé.

Il y a quinze ans, les fonctionnaires civils partaient à la retraite un peu avant 58 ans, en moyenne. Ils goûtaient donc le repos un peu plus de quatre ans avant les salariés du secteur privé. Il y a cinq ans, cet écart a quasiment été divisé par deux. En 2014, il n’est plus que de 18 mois, avec des salariés du public qui liquident leur pension à 60 ans et 10 mois, tandis que ceux du privé attendent 62 ans et 4 mois. C’est l’un des enseignements du ­rapport sur les pensions dans la fonction publique annexé au projet de loi de finances pour 2016.

Ces statistiques excluent les militaires, aux carrières particulièrement courtes. Mais elles prennent en compte les catégories actives (policiers, infirmiers, pompiers…) qui font baisser la moyenne d’âge car ils cessent de travailler à 57, voire 52 ans. Si on ne compte que les sédentaires, l’âge moyen de départ à la retraite des trois fonctions publiques est à peu près aligné sur celui des salariés du privé : 62 ans et 10 mois dans l’Etat, 62 ans et 11 mois dans la territoriale, 62 ans et 2 mois dans l’hospitalière.

Pourquoi les âges moyens de liquidation convergent-ils entre le public et le privé ? D’abord, parce que la part des catégories actives a tendance à baisser parmi les fonctionnaires. Ensuite, parce que les fonctionnaires travaillent plus longtemps suite aux réformes des retraites de 2003 et de 2010. La première a allongé la durée d’assurance requise pour une retraite à taux plein : elle est passée de 37,5 annuités à 41,25 en 2014. En 2010, le gouvernement a décidé d’accroître par étapes l’âge légal de la retraite des fonctionnaires civils à 62 ans à horizon 2017, et de remonter l’âge de fin de la décote de 65 ans à 67 ans. De plus, la possibilité pour les fonctionnaires parents de trois enfants de partir à la retraite plus tôt a été mise en extinction.

Des pensions plus élevées

Les fonctionnaires travaillent donc plus longtemps, mais la bonne nouvelle c’est que leur pension moyenne est aussi plus élevée qu’avant. Ils sont plus nombreux que leurs aînés à avoir un niveau de formation élevé et à bénéficier de meilleurs traitements indiciaires. En 2014, ils ont été 121.000 à liquider leurs droits. Les fonctionnaires d’Etat ont eu droit en moyenne à 2.118 euros alors que le stock ne jouissait que de 1.887 euros par mois, les militaires à 1.579 euros contre 1.436 euros pour leurs semblables déjà retraités. Les territoriaux se sont vu servir 1.267 euros, les hospitaliers 1.489 euros.

Le ralentissement, puis le gel depuis 2010 de la valeur du point d’indice ont pesé sur la progression récente : alors que l’inflation a atteint + 1,4 % par an depuis 2007, les fonctionnaires d’Etat n’ont été revalorisés que de 1,3 %, et les militaires de 0,9 %.

Source: Les Echos