Le déficit de la Sécu moins élevé que prévu

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a salué lundi les «résultats très positifs et encourageants» du régime général de la Sécurité sociale.

Des déficits abyssaux mais légèrement orientés à la baisse. Selon le rapport intermédiaire de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS), dévoilé par l’AFP, le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre 9,1 milliards d’euros en 2016, soit 600 millions d’euros de moins de ce que le gouvernement avait budgété à l’automne. Ce déficit sera «à son plus bas niveau depuis 2002», a déclaré Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales. En 2015, le déficit qui additionne celui du régime général (maladie, vieillesse, famille, accidents du travail) et du fonds de solidarité vieillesse avait plongé à 10,6 milliards d’euros, et, en 2014, à 13,2 milliards.

Avis prudent

Le déficit de la branche maladie devrait s’établir à 5,2 milliards d’euros, versus une prévision budgétaire supérieure d’un milliard d’euros. L’objectif national des dépenses de santé (Ondam), qui vise à limiter l’augmentation naturelle des dépenses, «ne devrait progresser que de 1,8 %, soit le taux le plus bas depuis 1998», selon la Commission. Les actions menées par la ministre, dont par exemple le développement de la chirurgie ambulatoire, mais aussi la réduction des cotisations maladie des médecins qui ne pratiquent pas de dépassement d’honoraire, dont la facture est réglée par l’Assurance-maladie, pourraient expliquer ces économies. Le Comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance-maladie a toutefois rendu le 27 mai un avis prudent sur la bonne tenue des comptes pour 2016. Il a souligné «la nécessité de réaliser l’intégralité du programme de maîtrise médicalisée», soit des économies sur les prescriptions des médecins. La branche de la famille afficherait de son côté un déficit «limité» à 1 milliard d’euros, en réduction de 500 millions d’euros par rapport à l’année dernière, notamment grâce à la modulation des allocations familiales entrée en vigueur en 2015.

Source : lefigaro.fr