La télémédecine au secours de la rétinopathie

La rétinopathie diabétique est la première cause de cécité en France. Et la Manche est l’un des départements pilotes dans le dépistage de cette maladie par télémédecine.

Depuis avril 2015, au sein de la polyclinique de la Baie, à Saint-Martin-des-Champs, ophtalmologistes et orthoptistes travaillent en étroite coopération pour dépister, en heure et en temps, la rétinopathie diabétique.

Dans la Manche, 15 000 personnes souffrent de diabète et 42 % d’entre elles n’ont pas consulté d’ophtalmologistes ces deux dernières années.

Pourtant, le diabète est reconnu comme la première cause de cécité chez l’adulte entre 25 et 75 ans. Il est à l’origine de 12 % de l’ensemble des cas de cécité.

En l’absence de réels symptômes annonciateurs, lorsque l’on constate une perte de vision dans les détails « voire » plus, il est trop tard. D’où l’importance du dépistage auquel la télémédecine apporte maintenant un prompt renfort.

Les avancées de la télémédecine

Le processus est simple et découle de la coopération entre orthoptistes et ophtalmologistes. Les premiers réalisent l’acte de dépistage à l’aide d’un rétinographe qui prend des clichés du fond de l’œil, sans dilatation.

Ces clichés sont ensuite transmis, par télémédecine aux ophtalmologistes qui les lisent à distance, sans la présence du patient. Les résultats sont ensuite automatiquement transférés au médecin traitant.

La télémédecine permet ainsi d’apporter une réponse au sérieux manque d’ophtalmologistes (26 dans le département soit 5 pour 100 000 habitants, la moyenne nationale étant de 7,3) et d’écourter les délais à rallonge entre la prise de rendez-vous et le… rendez-vous.

C’est le médecin traitant qui prescrit une rétinographie au patient qui prend rendez-vous chez un orthoptiste (la Manche en compte 13 libéraux et 7 salariés). En prime, c’est là le premier acte de télémédecine remboursé à 100 % par l’Assurance maladie.

Source : ouest-france.fr