La MSA se régénère

La MSA a organisé une journée de formation pour ses délégués cantonaux, élus en janvier 2015, à l’occasion des 70 ans de la Sécurité sociale. Avec 30 % de renouvellement de ses quelque 360 délégués, la caisse agricole peut se targuer d’afficher un vrai dynamisme mutualiste. «Les délégués ne sont pas des relais qui font passer vers les adhérents des informations, souligne Pierre Leboucher, président du comité départemental du Gers de la MSA. Ils font remonter des propositions et des situations vers le centre.» L’isolement des adhérents — le Gers est le département de France où il est le plus important — entraîne pourtant la dissimulation de situations parfois dramatiques, dans un milieu agricole peu enclin à déballer ses problèmes en place publique. De nombreuses initiatives, comme des sessions sur la maladie d’Alzheimer, les abus du démarchage ou les droits des adhérents, sont souvent le fait des délégués. «Cette année, c’est une surprise. Beaucoup de nouvelles têtes, et des têtes jeunes, avec des candidats, souvent plusieurs dans tous les cantons, se réjouit Thierry Mauhourat, directeur de la caisse Midi Pyrénées Sud. Ce n’est pas le cas partout !» Tous ont donné une demi-journée de leur temps pour venir visiter les locaux, et découvrir leurs usages. «Ils prennent conscience que la MSA, ce n’est pas que la cotisation, rappelle Pierre Leboucher, mais une action large, qui couvre tout le champ de la protection sociale : retraite, santé, même les études des enfants !» Une protection que beaucoup d’affiliés, englués dans la crise agricole, peinent à payer. «On examine les moyens de prise en charge des cotisations, des tranches, insiste Thierry Mauhourat. Mais la crise, qui concernait surtout l’élevage bovin, s’étend même aux céréaliers du Gers. On mesure aussi l’utilité d’une structure comme la nôtre pour limiter les dégâts.»

Source :  La dépêche