La loi travail soutient un peu plus les aidants

La nouvelle Loi Travail, récemment adoptée par le Parlement, améliore les conditions de travail des personnes en situation de handicap et des aidants. Cette amélioration se traduit notamment par plus de jours de congés.

Deux jours de congés supplémentaires pour les aidants

Le 21 juillet dernier, la nouvelle loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels a reçu le feu vert du Parlement. Ce nouveau texte contient des modifications favorables aux personnes handicapées et à leur famille qui leur permettront de mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle. Le texte « Faire Face » stipule que tout salarié peut bénéficier de deux jours de congés supplémentaires par enfant à charge. Pour qu’un enfant soit considéré à charge, il doit avoir moins de quinze ans, vivre dans le même foyer que l’aidant et être en situation de handicap. Le texte précise que le nombre total de jours de congés sur l’ensemble de l’année ne peut pas dépasser 30 jours.

Travail de nuit et congé de proche aidant

Concernant le travail de nuit, l’ancien texte prévoyait déjà le refus de travailler la nuit pour les aidants sans que cela ne constitue une faute ou un motif de licenciement. Désormais, les salariés qui travaillent la nuit et qui ont une personne dépendante à leur charge peuvent solliciter leur affectation sur un poste de jour. Enfin, les aidants n’ont besoin que d’un an d’ancienneté (au lieu de deux ans) pour avoir droit au congé de proche aidant, anciennement appelé congé de soutien familial. La durée maximale du congé de proche aidant est de douze mois.

Source : carenews.com