La cigarette fait un tabac dans les lycées

Avec l’état d’urgence, plus de la moitié des établissements scolaires ne respecteraient pas la loi Évin en autorisant les lycéens à fumer dans la cour.

Selon l’association Alliance contre le tabac, plus de la moitié des établissements scolaires français ne respectent pas la loi Évin en autorisant les lycéens (et même parfois les collégiens) à fumer dans la cour de récréation plutôt que sur le trottoir. Depuis le déclenchement de l’état d’urgence, des dizaines de proviseurs ont en effet donné instructions pour que les élèves ne traînent plus à l’extérieur des établissements, pour des raisons de sécurité.

L’association Droit des non-fumeurs s’en offusque et réclame l’application stricte de la Loi Évin qui prohibe le tabac en milieu scolaire. Elle a déposé deux plaintes contre les lycées qui laissent leurs élèves fumer dans l’établissement. Notamment à Lyon contre le lycée Saint-Exupéry et contre le rectorat. Une pneumologue se serait jointe à l’action. Trois recours sont également en train d’être constitués devant le tribunal administratif de Paris contre trois établissements d’Ile-de-France par l’association Droit des non-fumeurs.

La sécurité ou la santé ?

Révélée par RTL, l’information traduit le dilemme qui se pose aux chefs d’établissement. Faut-il privilégier la sécurité des adolescents ou leur santé ? Face au risque d’attentat et après des dizaines d’alertes à la bombe en février, plusieurs chefs d’établissement avaient permis à leurs élèves de fumer dans la cour plutôt que sur les trottoirs par mesure de sécurité.

« Soi-disant c’est l’état d’urgence. On empêche nos enfants de se faire tuer devant les lycées et on les laisse se faire tuer à petit feu à l’intérieur ? C’est impossible. Comment est-ce qu’on peut ne pas respecter la loi ? C’est incroyable », estime Corinne Depagne, la pneumologue, qui a déposé les deux plaintes à Lyon.

Les associations anti-tabac réclament au ministère de revenir sur cette pratique tolérée depuis quelques mois et de rétablir l’interdiction formelle de la cigarette dans les lycées. Mais les proviseurs font de la résistance. « C’est irresponsable de laisser mes élèves sur le trottoir. C’est une question de prise de décision par rapport aux personnes qui sont sous ma responsabilité », estime notamment Pascal Charpentier, proviseur du lycée du Parc à Lyon. Le syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN) demande la mise en place de zones fumeurs tant qu’une menace terroriste pèse sur le pays. Cette disposition figure d’ailleurs dans un décret publié par le ministère de l’Éducation nationale.

Source : lepoint.fr