INTERACTIF. Combien coûte la maladie d’Alzheimer?

Ce lundi, c’est la Journée mondiale Alzheimer. Selon une étude, l’«aide informelle» de l’entourage représenterait à elle seule 14 milliards d’euros par an en France.
La maladie d’Alzheimer affecte plus de 850 000 personnes aujourd’hui en France et ce nombre ne cesse d’augmenter. En 2020, en raison du vieillissement de la population, le nombre de malades pourrait grimper à 1,3 million. Pas moins de 10% des Français de plus de 65 ans développent une forme de cette pathologie neurodégénérative.
Un chiffre tel que les associations estiment qu’environ trois millions de Français sont touchés directement ou indirectement par les syndromes d’un proche.

Pour l’entourage des patients, la prise en charge d’Alzheimer a de lourdes conséquences familiales, psychologiques mais aussi économiques. A l’occasion de la Journée mondiale organisée ce lundi 21 septembre, la Fondation Médéric Alzheimer a publié une étude dans laquelle elle tente d’évaluer le coût annuel de la maladie.

Chutes, malnutrition, dépression… : 2,8 milliards de dépenses liées aux complications de la maladie

Les coûts médicaux et paramédicaux représentent 5,3 milliards d’euros par an, estime la fondation. Les conséquences néfastes de la démence (chute, dépression malnutrition, troubles du comportement) et non la maladie elle-même, pèsent à hauteur de 53% de ce chiffre, soit 2,8 milliards. Viennent ensuite les soins paramédicaux en ville (infirmiers, orthophonistes, ergothérapeutes, psychologues, kinésithérapeutes etc) à 27%, les médicaments (13%) et les diagnostics (6%).Capture d’écran 2015-09-21 à 09.42.30

Une «aide informelle» chiffrée à 14 milliards d’euros

Aide à l’habillage, soins d’hygiène corporelle, temps d’accompagnement pour la marche ou le ménage : la Fondation Médéric Alzheimer s’emploie aussi à mesurer le poids financier de l’«aide informelle» dispensée par l’entourage des malades. L’étude quantifie l’importance économique de ces tâches à 14 milliards d’euros par an. Ajoutées aux frais médicaux et paramédicaux (5,3 milliards), la Fondation établit un total de «19,3 millards d’euros» par an.

Le tout, sans inclure les «9 milliards d’euros» de l’accueil socio-médical dans des établissements spécialisés, dont la Fondation juge l’estimation par l’Office parlementaire d’évaluation des politiques de santé (OPEPS) dépassée (elle date de 2004).

Environ 1000 euros de surcoût mensuel à la charge des aidants

Pour un couple dont l’un des deux s’occupe de son conjoint dépendant, le reste à charge moyen total est d’environ 1000 euros par mois, relève l’association France Alzheimer. «Si les frais médicaux sont pris en charge à 100% par l’assurance maladie au titre de l’aide Affection Longue Durée 2015, les frais médico-sociaux sont assumés en grande partie par les familles. Or, le coût de la prise en charge médico-sociale représente 90% du coût total de la maladie d’Alzheimer. Il s’agit de l’emploi d’une auxiliaire de vie, d’une aide-ménagère, des frais d’accueil de jour, des équipements permettant d’adapter le logement, des protections pour incontinence »», souligne l’association, qui a réalisé une étude socio-économique en 2010.

Les deux tiers des malades vivent à domicile
En France, 37% des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou apparentée résident en institution (29 000 en EHPAD, 21 000 en unité de soins de longue durée), 63% vivent à leur domicile ou équivalent (résidences services…) soit 535 500 personnes. Sur les 8 000 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (600 000 places), 3 000 sont dotés d’hébergements spécifiques pour les personnes présentant des troubles cognitifs. On compte environ 52 000 places dans les unités spécifiques Alzheimer et 2.500 dans les unités d’hébergement renforcé.

En outre, 134 établissements sont entièrement dédiés à la prise en charge d’Alzheimer, soit 7 000 places. Malgré les créations d’établissements, l’ampleur du nombre des cas d’Alzheimer est un énorme défi pour les pouvoirs publics dans les années à venir.

Source : Le Parisien