Inégalités : un rapport pointe la face noire du marché du travail

Le deuxième rapport de l’Observatoire des inégalités, publié ce mardi, brosse un tableau qui « ne prête pas l’optimisme » et décrit un monde du travail divisée en deux.

« La montée des inégalités fait peser une menace croissante sur la cohésion du pays. » Dans la première édition de son rapport , publiée en 2015, l’Observatoire des inégalités mettait en avant la « très nette corrélation » entre cette tendance, lourde de conséquences pour les valeurs de la République comme pour la performance économique, et les orientations de politiques publiques.

Dévoilée ce mardi, la deuxième édition du rapport de l’association indépendante souligne toujours l’écart entre « les paroles et les actes » qui nourrit le sentiment d’injustice. Le tableau brossé « ne pousse pas à l’optimisme », selon ses auteurs qui constatent, statistiques à l’appui, que les plus pauvres continuent de s’apauvrir, que les classes moyennes continuent de stagner ou que l’école – sans être la championne du monde des inégalités – continuent de pêcher entre ses objectifs véhiculés et les « privilèges » dont jouissent les plus diplômés.

Et pourtant, s’il n’a rien de « providence », le modèle social français « n’est pas à l’agonie. Notre pays demeure l’un de ceux où il fait le meilleur vivre », souligne le rapport.

Chômage : les non-qualifiés en première ligne

La crise ? « Omniprésente » dans le discours, où l’on « joue » à faire comme si les dégâts du ralentissement économique étaient répartis dans l’ensemble de la société, alors qu’elle frappe essentiellement les milieux populaires. La preuve, selon le rapport : 70 % des chômeurs supplémentaires enregistrés entre 2008 et 2016 sont des employés ou des ouvriers. Parmi ces derniers, les non qualifiés souffrent d’un taux de chômage (au sens du BIT) de 20 % (contre 9,4 % en 1982), quatre fois plus que les cadres supérieurs.

Au pays du diplôme roi, « des générations entières de population » qui sont peu diplômés et nées à partir de la fin des années 1960 n’ont connu que le chômage de masse. Le constat est bien partagé, mais le rapport le rappelle : les jeunes peu qualifiés savent qu’ils vont devoir en passer par une phase de précarité avant de s’insérer professionnellement. A 12,1 % toutes catégories d’âge confondues, la part des emplois précaires – CDD ou intérim principalement – a progressé de 1,1 point entre 2004 et 2014. Elle a continué sa marche pour atteindre 13 % en 2015, soit 3,4 millions de personnes.

Quant aux immigrés, non seulement leur sort résulte pour partie de leur milieu social, mais ils sont victimes de discriminations comme l’a prouvé une récente campagne de « testing » anonyme du ministère du Travail . « Notre société du travail se divise entre (…) ceux qui, fort de leur statut ou de leur diplôme, connaissent peu ou prou leur avenir et une minorité de flexibles qui permettent d’ajuster l’offre de travail », dénonce le rapport. Et pour ne rien arranger, ceux qui travaillent le plus durement sont ceux qui gagnent le moins…

Femmes : la marche interrompue de l’égalité

La situation des femmes tend à s’améliorer, conséquences de décennies de scolarisation « poussée » des filles et de mobilisation des mouvements féministes. De plus en plus diplômées, elles occupent davantage de métiers qualifiés. En 2015, elles représentaient 40 % des emplois de cadres supérieurs, deux fois plus qu’en 1982.

Les écarts de salaires se réduisent. Las, il y a un gros mais. D’abord parce que l’égalité reste « lointaine ». On trouve de plus en plus de femmes en bas de l’échelle au point d’occuper les deux tiers des postes d’ouvriers et d’employés non qualifiés, contre la moitié en 1982. Les métiers se sont ouverts, mais la très grande majorité sont caissières, assistantes maternelles ou vendeuses. Le temps partiel reste « massivement » féminin.

Et puis il y a toutes celles, « très souvent de milieux populaires », découragées de revenir sur le marché du travail, notamment après une maternité. Conclusion cinglante du rapport : « Ce travail des « petites mains », souvent au service des plus fortunés, ne disparaît qu’aux yeux de ceux qui ne veulent pas le voir et refusent d’admettre que la qualité de leur vie dépend de ces emplois souvent précaires et mal rémunérés. »

Les conditions de travail se dégradent

Dans sa grande enquête sur le travail en France publiée mi mars, la CFDT avait pointé du doigt l’ambivalence des résultats entre plaisir, fierté et épanouissement d’un côté, conditions d’exercer son métier plus que difficiles de l’autre. Travail à la chaîne, pollution, bruit assourdissant, absence d’autonomie, dimanche, nuit… en décrivant un monde « scindé » entre dirigeants et exécutants, le rapport enfonce le clou sur le sujet et résonne avec les débats autour du compte pénibilité . Les salariés sont dans l’ensemble mieux protégés des risques qu’hier, mais la part de ceux qui subissent des contraintes liées au rythme de travail ne diminue pas : 31,6 % en 2005, 35,2 % en 2013.

De ce point de vue, ce sont les employés de commerce et de services, et les ouvriers qualifiés qui ont payé le plus lourd tribu, signe que « les cadences ne sont plus l’apanage de la chaîne ouvrière ». Un salarié sur cinq ne connaît pas ses horaires de travail un mois à l’avance. La part de ceux qui subissent des contraintes physiques a aussi progressé, même si c’est dans une moindre mesure. « Une partie des tensions sociales sont nées du décalage entre la vision idéalisée du monde du travail dans laquelle vit toute une partie de la population très protégée et l’univers professionnel des classes populaires, à son service », pointent les auteurs du rapport.

Source : lesechos.fr

Auteur : Alain RUELLO