Hôpital : les Français très satisfaits des soignants, moins des repas

Une enquête révèle que plus de 8 patients hospitalisés sur 10 sont satisfaits de leur hospitalisation. La qualité des repas reste un point noir pour plus d’un patient sur deux.

Que pensent les Français de leur séjour à l’hôpital ? Accueil, prise en charge, soins, qualité de la chambre et des repas… En 2017, 122.000 patients hospitalisés plus de 48 heures ont complété le questionnaire dans son intégralité, ce qui a permis d’attribuer des notes de satisfaction à plus de 640 hôpitaux et cliniques. Ces résultats, publiés mardi par la Haute Autorité de Santé (HAS), confirment ceux obtenus en 2016. Si l’accueil réservé par le personnel administratif et les soins prodigués par les professionnels de santé sont globalement très appréciés, des points restent à améliorer.

Le travail des équipes médicales salué

L’enquête de satisfaction révèle que la majorité des patients interrogés (85%) sont globalement satisfaits de leur hospitalisation. Toutefois, un patient sur six a quitté l’établissement avec une opinion moyenne voire mauvaise de son séjour. En moyenne, les personnes interrogées ont donné la note de satisfaction globale de 73 sur 100 pour leur hospitalisation.

Les patients ont particulièrement apprécié le travail des infirmiers et des aides-soignants: plus de 9 personnes sur 10 se disent satisfaits ou très satisfaits. L’écoute attentive, le soutien et l’aide pour les activités courantes apportées par les soignants ont notamment été salués.
De même, la quasi-totalité des patients ont apprécié la prise en charge des médecins et chirurgiens. Ces derniers ont su répondre à leur question, les écouter et les considérer, mais aussi prendre en charge leurs douleurs. Ainsi, 9 patients sur 10 ont reçu des informations sur le suivi (prochain rendez-vous, prochaine étape), après la sortie, mais aussi sur le dosage, les horaires de prise et les effets indésirables médicaments à prendre après leur sortie.
Par contre, près d’un tiers des patients a jugé qu’il n’avait pas reçu suffisamment d’explications sur son état de santé ou sur son traitement et a déploré un manque de soutien de la part des médecins. Autre point négatif: sur la moitié des patients qui ont souhaité participer aux décisions concernant leurs soins, 30% n’ont pas eu la possibilité de le faire {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : sante.lefigaro.fr