Grippe : trois réflexes pour limiter les contaminations

L’épidémie de grippe est précoce et virulente. La Direction générale de la santé rappelle les règles d’hygiène qui permettent de réduire les risques de contagion.

Les embrassades de remerciement ou de bonne année : voilà un moment que personne ne voudrait rater lors des fêtes de fin d’année. Mais le père Noël a réservé un autre cadeau aux familles qui se sont réunies. L’épidémie de grippe a pris de l’avance dans 9 régions sur les 13 du pays. Selon les estimations de Santé Publique France, le très virulent virus H3N2 circule en majorité. De quoi appeler la Direction générale de la Santé à la prudence. Dans un communiqué, elle rappelle les règles de précaution les plus élémentaires.

Les festins familiaux sont propices à la propagation du virus de la grippe. Pourtant, « il existe des gestes simples qui contribuent à limiter la transmission de la maladie de personne à personne », souligne la DGS. Ils commencent par le port d’un masque en cas de symptômes évocateurs – une fièvre accompagnée de courbatures, de maux de tête et de toux. Les personnes malades sont aussi invitées à se laver les mains régulièrement à l’aide de savon et d’eau ou d’un gel hydro-alcoolique. Une mesure qui s’étend à leurs proches.

Source : Santé Publique France

Des réflexes trop rares

Ces comportements sont d’autant plus importants que l’épidémie prend de l’ampleur en France. Le dernier bulletin épidémiologique fait état d’une hausse des infections chez les seniors. 239 personnes ont été hospitalisées à cause de complications de la grippe. Près des deux tiers ont plus de 65 ans. Cette population fragile est loin d’être isolée dans les couloirs de l’hôpital. Parmi les patients à risque ciblés par la vaccination, la moitié ne s’est pas faite vacciner. Ce réflexe permet pourtant de limiter les cas graves, même lorsque la souche du virus ne correspond pas.

Source : Santé Publique France

La France peine visiblement à développer les gestes capables de freiner l’épidémie. Selon un sondage IFOP pour le laboratoire Mylan, 31 % des personnes qui pourraient accéder gratuitement au vaccin n’en profitent jamais. Quant aux autres, ils sont autant à ne pas utiliser de mouchoirs à usage unique, à ne pas se laver les mains régulièrement et ne pas aérer leur logement. Un terrain propice pour les virus…

Source : pourquoidocteur.fr