Grippe : la vaccination repart à la hausse

Pour la première fois depuis 2009, le taux de vaccination a augmenté parmi les personnes à risque. Il reste cependant insuffisant.

Le slogan est de retour : « Pour éviter l’hospitalisation, passez à la vaccination ». Ce 7 octobre, le ministère de la Santé reconduit la campagne de lutte contre la grippe. Des invitations ont été envoyées à 11 millions de Français. La saison précédente, la participation est repartie à la hausse. Marisol Touraine ne compte pas s’arrêter là. Elle rappelle que le nombre de personnes à risque vaccinées est encore trop faible. Les complications liées à la grippe, elles, restent très présentes.

Les Français conscients des risques
Pour la première fois depuis 2008, la couverture vaccinale a augmenté en France. Sur la saison 2015-2016, 48 % des cartons d’invitation ont abouti à une injection. Un résultat qui ne doit pas faire oublier les objectifs. A l’heure actuelle, ce réflexe évite 2 000 infections chez les seniors. Ce sont d’ailleurs les plus sérieux à ce sujet : ils sont 57 % à se faire vacciner après 70 ans. Mais pour parvenir à une chute radicale de la mortalité liée à cette maladie virale, il faudrait que 75 % des personnes à risque soient protégées. Il s’agit de nos aînés, mais aussi des patients atteints de maladies chroniques ou d’obésité, ainsi que les femmes enceintes. Ces derniers se montrent moins assidus.

Chaque année, ce sont environ 2,5 millions de personnes qui contractent la grippe. Les cas graves sont plus rares : 1 100 ont été signalés en 2015. Mais la campagne rappelle qu’ils peuvent être évités grâce à la vaccination. De fait, la plupart des personnes fragiles hospitalisées n’étaient pas immunisées. Les Français sont eux aussi conscients des risques de l’infection : 64 % affirment la même chose. Une majorité affirme aussi que le geste de protection est nécessaire pour les personnes âgées et les malades chroniques.

Une campagne qui marche
L’autre paradoxe, c’est que la campagne de l’année dernière est bien passée auprès de la population, même si elle se vaccine peu. C’est sans doute pour cela qu’une légère augmentation s’observe. Dont acte pour le ministère de la Santé, qui réitère. En effet, 67 % des personnes interrogées se souviennent d’être entrées en contact avec la campagne et davantage affirment que le message incite à se faire vacciner. Un plébiscite confirmé par les médecins : parmi ceux qui ont été sondés pour le ministère, 80 % estiment que les slogans ont encouragé les patients à se protéger.

Il faudra maintenant attendre la fin de la saison pour savoir si ces bons résultats se confirment une année de plus. Si le rythme actuel se poursuit, plusieurs années seront nécessaires pour obtenir une protection collective. Elle est pourtant importante car les jeunes enfants en profitent eux aussi.

Source : pourquoidocteur.fr