Grâce à ce patch, vous pourrez consulter votre taux d’alcoolémie en direct sur votre smartphone

Des chercheurs américains ont mis au point un patch qui détecte le taux d’alcoolémie dans la sueur et transmet les résultats sur smartphone.

Avant de prendre le volant, il est important de vérifier son taux d’alcoolémie. Pour cela, des éthylotests sont en vente libre dans les grandes surfaces. Les bars et boîtes de nuit peuvent même en proposer à leurs clients avant qu’ils s’en aillent, sous forme d’autotests individuels ou de bornes ethylomètres. Malheureusement, et comme le dénonçait 60 Millions de consommateurs ces éthylotests manquent de fiabilité. Les tests sanguins, quant à eux, beaucoup plus sûrs, ne sont pas très accommodants : personne n’a envie de se piquer le doigt avec une aiguille en soirée pour connaître son état d’ébriété.

Mais des chercheurs de l’Université de San Diego (Californie) ont peut-être trouvé une alternative.

Comme il est détaillé dans leur étude, publiée sur le site ACS Sensors, ces scientifiques ont mis au point un patch aux allures de tatouage qui permet de vérifier son taux d’alcoolémie sur smartphone, rapporte le site Daily Caller.

Alternative aux éthylotests

Pour tester leur invention, les scientifiques ont expérimenté leur patch sur neuf volontaires plus ou moins alcoolisés. Ce prototype est équipé de petites électrodes en argent qui, une fois activées, transmettent un courant électrique durant cinq minutes. Celui-ci va permettre au faux tatouage de délivrer une substance à travers la peau afin de provoquer la sudation. Cette sueur, une fois parvenue à l’épiderme, est alors analysée par un capteur relié à une petite puce électronique de la taille d’un chewing-gum accrochée au patch. Les résultats sont alors transmis à distance sur smartphone, détaille The Daily Dot.
tags partenaire .

Comme l’indique le site The Drinks Business, ce patch, s’il se généralise, pourrait être une bonne alternative pour les forces de l’ordre afin de mener des tests d’alcoolémie. La communauté scientifique pourrait également se servir de ces patchs pour constituer une base de données solide sur les habitudes dans la consommation d’alcool. « Pour le moment, le tatouage est à usage unique », précise Patrick Mercier, professeur en ingénierie à l’Université de San Diego et co-auteur de l’étude, interrogé par le site Spectrum.

Selon un rapport de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 30,5% des accidents mortels survenus en 2015 en France ont eu lieu en présence d’alcool. Au total, 3461 personnes ont perdu la vie cette année-là.

Source : atlantico.fr