Formation professionnelle : les pistes du gouvernement

Les partenaires sociaux ont reçu mercredi 15 novembre de la ministre du Travail le document d’orientation portant sur la réforme de la formation professionnelle. Le Gouvernement souhaite notamment redéfinir le cadre du CPF et mieux adapter l’offre de formation aux entreprises et aux salariés.

Après avoir lancé vendredi 10 novembre les concertations sur l’apprentissage, l’Exécutif s’attelle à la réforme de la formation professionnelle. Un document d’orientation, transmis aux partenaires sociaux et dévoilé par Les Échos, précise les pistes sur lesquelles il souhaite voir apparaitre des évolutions.

L’objectif ? Adapter le système de formation aux enjeux de notre temps, à savoir l’entrée de la France dans une nouvelle ère de transformation, qualifiée « d’économie de la connaissance ». Le Gouvernement distingue trois enjeux : l’investissement dans les formations et les compétences, la liberté de choix du parcours de formation et la protection des plus vulnérables.

Pour ce faire, les dix pages du document donnent une idée assez précise des velléités de l’exécutif sur la transformation du dispositif de formation professionnelle. Et elles sont conséquentes.

À commencer par le futur du compte personnel de formation (CPF). S’il va absorber le compte individuel de formation (CIF), le CPF « doit devenir l’unique droit personnel à la main des individus dans une logique d’appropriation directe ». Le Gouvernement propose ainsi de revoir l’unité de mesure du CPF (en points ou euros), de déterminer un montant du financement collectif garanti, ou encore de réfléchir à comment organiser l’abondement des entreprises et des personnes au CPF dans une logique de co-construction et de co-investissement.
Une application en ligne est d’ores et déjà prévue. Elle doit permettre « de connaître en temps réel les droits individuels […], les offres d’emploi disponibles sur le bassin d’emploi et la région, les formations préparant à l’acquisition des compétences requises par ces emplois et les taux d’insertion dans l’emploi à l’issue des formations proposées ».

Les entreprises en première ligne

Les entreprises seront mobilisées pour renforcer l’employabilité de leurs salariés. À ce titre, le gouvernement souhaite parvenir à l’obtention de moyens incitatifs de formation continue aux salariés. Une démarche à laquelle il souhaite voir associés les élus du personnel et les organisations syndicales sur l’élaboration des politiques de formation en entreprise.

Les discussions devraient aussi porter sur les moyens de financement mis à disposition des TPE et PME pour encourager l’envoi de leurs salariés en formation {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : decision-achats.fr