Faut-il éteindre son téléphone portable à l’hôpital ?

L’interdiction totale des téléphones portables dans l’enceinte de l’hôpital ne semble pas justifiée pour l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses). Il s’agirait plutôt de respecter des zones différentes où l’usage serait autorisé, limité ou interdit pour ne pas perturber les dispositifs électromagnétiques servant au maintien de la vie.

Malgré les affichettes préconisant d’éteindre son portable sur les murs des hôpitaux, nombre de professionnels de santé, de patients ou de leurs familles utilisent couramment leur téléphone. Le risque de perturbation électromagnétique de certains dispositifs médicaux (respirateurs, réanimateurs) par cette pratique est discuté de longue date.

Des zones d’usage autorisé, limité ou interdit

L’Anses estime que l’interdiction totale des portables n’est pas justifiée mais que les hôpitaux devraient mettre en place des zones d’usage autorisé, limité ou interdit pour éviter de perturber ces dispositifs médicaux. La définition précise du zonage « devrait relever de la responsabilité de chaque établissement hospitalier, avec l’appui de son responsable de la gestion des risques », précise-t-telle.

« S’agissant des patients, visiteurs et personnels médicaux utilisant les téléphones mobiles pour des raisons personnelles : les téléphones mobiles devraient être éteints dans les lieux comportant des dispositifs électro-médicaux à fonction critique ou servant au maintien de la vie (unités de soins intensifs, blocs opératoires, néonatalogie, services d’urgence, etc.), ainsi qu’à proximité des lits de patients connectés à des dispositifs électro-médicaux », préconise-t-elle dans cet avis.

Pas de portable à proximité des pacemakers

Pour les personnels médicaux utilisant leur téléphone mobile pour des raisons professionnelles, les appels téléphoniques ne devraient pas être passés à proximité d’appareils électro-médicaux, ajoute-t-elle.

Un téléphone portable à proximité immédiate d’un implant peut le déprogrammer explique l’Anses à l’AFP. L’Agence recommande donc aux porteurs de dispositifs médicaux implantés actifs tels que les implants cardiaques ou stimulateurs cardiaques (pacemakers) « de veiller à éloigner les sources d’exposition les plus fortes de leur dispositif ». Ainsi, elle rappelle aux patients concernés de ne pas mettre leur téléphone dans une poche à proximité d’un implant comme la notice le précise déjà.

Source : francetvinfo.fr