Les Européens tentent une incursion sur le terrain social

Les chefs d’Etat et de gouvernement, réunis en sommet en Suède, devraient approuver un « socle européen des droits sociaux ». Mais, très divisés, ils auront du mal à enclencher des réformes concrètes et ambitieuses.

Que plus personne n’en doute : après avoir été focalisée sur la gestion financière, l’Union européenne a décidé de se soucier de ses peuples. C’est, du moins, le message que vont tenter de faire passer les chefs d’Etat et de gouvernement européens, réunis en sommet à Göteborg (Suède) ce vendredi pour parler exclusivement de questions sociales. Un message dans la droite ligne de l’Europe protectrice que promeut Emmanuel Macron, pour tenter de réduire le fossé qui s’est creusé entre l’Union et l’opinion publique.

Un « socle des droits sociaux »

Le temps fort de cette rencontre, à laquelle ne participera pas Angela Merkel, bloquée par les négociations de coalition à Berlin, se veut la proclamation d’un « socle européen des droits sociaux » . Ce texte poussé par le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, liste une vingtaine de sujets sur lesquels l’Union s’engage à agir.

Ceux-ci vont de la formation professionnelle à la protection sociale, en passant par l’égalité de salaire entre hommes et femmes ou les retraites. Pour Marianne Thyssen, la commissaire européenne qui en a été l’architecte, il s’agit d’ouvrir « un nouveau chapitre de l’Europe sociale ».

Calmer les peurs

Mais comme le reconnaît une source parisienne, l’exercice est avant tout « symbolique » : rien de contraignant dans ce texte.

D’intenses discussions ont eu lieu avec les Etats-membres afin de les rassurer. « Les pays situés à l’Est redoutaient qu’on les force à augmenter leurs salaires au point de perdre leur compétitivité, ceux du Nord craignaient au contraire une course au moins-disant », résume un spécialiste. Il a fallu affiner un préambule permettant d’assurer qu’aucune visée centralisatrice ne se cachait derrière la démarche.

Faciliter les échanges universitaires

Au-delà du symbole, les dirigeants européens devraient donc aussi tenter de mettre sur la table quelques propositions concrètes, {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : lesechos.fr