Emploi : « il faut renverser la logique de l’apprentissage » selon Agnès Bénassy-Quéré

Invitée de Jean-Paul Chapel dans « :L’éco », l’économiste Agnès Bénassy-Quéré, présidente du conseil de l’analyse économique (CAE), revient sur l’emploi des jeunes et la santé, propositions au centre de la campagne présidentielle.

« Les jeunes non diplômés ont un taux de chômage absolument massif ! La recommandation phare c’est de renverser la logique de l’apprentissage » c’est l’économiste Agnès Bénassy-Quéré, présidente du CAE, qui l’affirme mercredi 23 février sur le canapé gris de « :L’éco ».

Elle ajoute : « les entreprises sont moins impliquées dans l’apprentissage qu’en Allemagne mais c’est aussi parce qu’on ne leur donne pas suffisamment la voie pour orienter les formations. S’il manque sur un territoire des électriciens par exemple, il faudrait que dans les deux ans qui suivent on puisse avoir une formation d’électriciens pour les jeunes. »

Autre débat dans la course à l’Elysée, le système de santé : « le problème avec le remboursement à deux étages c’est qu’on duplique les frais administratifs et que personne n’est vraiment en charge du pilotage » regrette l’économiste.

« Le Royaume-Uni ne veut pas de la libre circulation des personnes »

Que peut vraiment l’Europe face au Brexit ? En réponse à la Question qui fâche, Agnès Bénassy-Quéré répond : « l’Europe aimerait bien que le Royaume-Uni devienne comme la Norvège c’est-à-dire qu’il n’y ait pas du tout de barrières douanières. Mais le Royaume-Uni qui ne veut pas de la libre circulation des personnes, donc l’Europe va se retrouver dans l’obligation de négocier comme avec le Canada. »

Comme à son habitude, Jean-Paul Chapel termine l’interview par la chanson préférée de l’invité. Agnès Bénassy-Quéré a choisi le quinzième quatuor de Beethoven : « une œuvre européenne exceptionnelle, chacun joue sa partie en décalé de manière extraordinaire donc c’est une belle image de l’Europe. »

Source : francetvinfo.fr